À Bruxelles l'insulte n'est plus gratuite

le
0
Grâce à un accord avec la justice, la police peut maintenant directement dresser des amendes aux Bruxellois qui se livrent à des injures dans la rue, qu'elles soient sexistes, racistes, homophobes ou autres.

Depuis le 1er septembre, les Bruxellois ne peuvent plus insulter les passants en toute impunité dans les rues de la capitale européenne. La municipalité de Bruxelles a conclu un accord avec le parquet belge: les 2500 policiers de la ville peuvent désormais dresser des amendes administratives aux Bruxellois pris en flagrant délit d'insulte. En l'absence de policier au moment des faits, le citoyen peut porter plainte en apportant les preuves nécessaires. Il peut être aidé par la vidéosurveillance et la recherche de témoignages par la police.

Sa plainte ne transitera plus par les tribunaux, facilitant la répression des incivilités et ainsi «rompre avec le sentiment d'impunité», assure le bourgmestre PS de Bruxelles, Freddy Thielemans. Jusqu'à maintenant, la surcharge des tribunaux empêchaient les plaintes d'aboutir. Avec cette disposition, toute forme d'insulte -sexiste, homophobe ou raciste ou autre- est dorénavant réprimée par une amende de 75 à 250 euros.

En juille

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant