A Bruxelles et Paris, les Kurdes manifestent pour Kobané

le
0
A Bruxelles et Paris, les Kurdes manifestent pour Kobané
A Bruxelles et Paris, les Kurdes manifestent pour Kobané

A Kobané, les Kurdes peinent à enrayer l'avancée des jihadistes de l'Etat islamique (EI), qui gagnent du terrain dans cette ville syrienne à la frontière turque. Inquiets de cette progression, les Kurdes de France et d'Europe ont multiplié les rassemblements en soutien de ceux menacés par l'EI.

A  Paris, près de 200 Kurdes ont ainsi manifesté ce mardi aux abords du palais de l'Elysée, pour dénoncer «l'inaction de la communauté internationale» face à la situation à Kobané. Brandissant des drapeaux rouges du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), frappés de la faucille et du marteau, et de quelques banderoles sur lesquelles on pouvait lire, «Nous sommes tous de Kobané», les manifestants ont improvisé un sit-in sur l'avenue de Marigny, qui longe le palais présidentiel.

La diaspora Kurde a également réclamé des armes pour les combattants kurdes -en plus de celles déjà promises par la coalition menée par les Etat-Unis- engagés contre l'EI. Ils ont finalement quitté les lieux sans incident vers 17 heures, répondant aux injonctions de la police. Dans un message, la Fédération des associations kurdes de France, à l'origine de cette manifestation, a demandé «plus de soutien de la coalition» internationale.

Dans la soirée, 500 personnes ont de nouveau défilé près du ministère des Affaires étrangères et devant l'Assemblée nationale, derrière une banderole «solidarité avec la résistance kurde contre Daesh».

Manifestations à Marseille, Bordeaux et Toulouse

A Marseille (Bouches-du-Rhône), pour la quatrième manifestation en moins de 10 jours, la diaspora kurde a rassemblé mardi quelque 1.500 personnes selon les organisateurs, 1.100 selon la police. Des drapeaux du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et des portraits de son leader historique, Abdullah Öcalan, qui purge depuis 1999 une peine de prison à vie en Turquie, étaient déployés en tête du cortège. 

Après la dispersion, un groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant