À bord du Guépratte , un parfum de marine en bois

le
0
REPORTAGE - La marine est un monde construit sur des traditions séculaires où l'aristocrate breton côtoie le jeune issu des banlieues.

La lutte antipiraterie, c'est la rencontre de deux univers. D'un côté, les Somaliens avec leur système complexe de clans et de sous-clans. De l'autre, un microcosme de la société française, encadré dans les traditions et les règles de la marine française. Portée par tous, la combinaison bleue à bandes réfléchissantes habille les inévitables aristocrates bretons et les Beurs issus des banlieues, les officiers supérieurs de carrière diplômés de la prestigieuse École navale et les matelots de 19 ans engagés pour quatre ans.

À première vue, les castes dégagent un parfum de marine en bois malgré l'aspect futuriste du bateau, longue coque effilée aux superstructures lisses et tout d'une pièce, pour renvoyer le minimum d'écho radar. Les différents «carrés», salles à manger et pièce détente, découpent des territoires où l'on n'entre pas sans frapper, usage valable même pour le commandant quand il souhaite pénétrer dans le domaine des officiers subalterne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant