A bord du Charles-de-Gaulle, Hollande vante les résultats de l'armée contre Daech

le
0
A bord du Charles-de-Gaulle, Hollande vante les résultats de l'armée contre Daech
A bord du Charles-de-Gaulle, Hollande vante les résultats de l'armée contre Daech

François Hollande est arrivé ce vendredi à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, sur le point de mettre fin à sa mission en Méditerranée orientale où il constitue l'une des pièces maîtresses de la coalition internationale contre le groupe État islamique en Irak et en Syrie. Le bateau, qui a été déployé trois fois sur le front irako-syrien depuis début 2015, s’apprête pourtant à regagner, «dans quelques jours»  le port de Toulon, où il devra subir une importante révision pendant plus d'un an.

 

Lors de cette visite de deux heures à bord du navire amiral de la flotte française, dont la mission a été prolongée jusqu'à la mi-décembre, le chef de l'Etat et des armées a vanté devant l'équipage, les résultats «impressionnants» de la campagne militaire contre les djihadistes de Daech.

 

«Aujourd'hui Daech, l'État islamique, en Syrie, en Irak, recule», a déclaré le président. «Depuis le début de l'opération, nos avions ont conduit au-dessus de l'Irak et de la Syrie plus de 5.000 sorties et neutralisé 1.600 objectifs», a-t-il précisé. «Les résultats sont impressionnants, des villes ont été reconquises en Irak. En Syrie, les forces démocratiques se rapprochent de Raqqa». Il assistait aussi à un briefing sur les opérations en Irak et en Syrie et devait s'entretenir avec les pilotes. 

 

Vidéo. Le «Charles-de-Gaulle» prêt à intervenir contre Daech

 

 

Le «Charles de Gaulle», arme de communication militaire

 

 

Une semaine après avoir renoncé à briguer un second mandat, le chef de l'Etat, désormais replié sur ses fonctions régaliennes, endosse ainsi son costume de chef de guerre et des armées. A cinq mois de l'issue de son mandat, François Hollande s'est donné pour mission première la «protection» des «plus fragiles» et notamment des «populations civiles menacées par les guerres ou le terrorisme». 

 

>> Lire aussi : Défilé du 14 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant