A bord de Tara, en route pour le Pôle Nord

le
0
A bord de Tara, en route pour le Pôle Nord
A bord de Tara, en route pour le Pôle Nord

Un dernier baiser à la petite amie, un salut amical aux copains et à la famille restés à quai, et voilà les marins de Tara concentrés sur leur sortie du port de Lorient. Escorté par une cinquantaine de bateaux qui ont accompagné ses premiers miles vers l'océan Arctique au son des cornes de brume, la goélette polaire a d'abord mis le cap dimanche après-midi vers l'île de Groix, où un prêtre en soutane a béni l'équipage. A la proue du navire, Etienne Bourgois, le président de Tara expédition et fils aîné d'Agnès B. (la propriétaire du bateau), savoure les saluts amicaux et les «bons vents» des vieux loups de mer locaux. «Cette mission, c'est l'aboutissement d'un an de travail» glisse cet amoureux des océans, toujours ému de voir le bateau de sa mère quitter son port d'attache pour une nouvelle mission scientifique.

C'est l'ancien voilier de Jean-Louis Etienne

A la manoeuvre pour la délicate sortie du port, devant l'ancienne base sous-marine où gisent encore des épaves de la seconde guerre mondiale, le capitaine Loïc Vallette sait que le plus dur est à venir. Début juillet, les premières glaces viendront lécher l'avant du bateau, le jour sera permanent et on sent déjà les quatorze membres d'équipage concentrés sur les nombreuses taches qu'ils auront à accomplir à bord. Océanographes, chercheurs, biologistes... cinquante scientifiques et marins chevronnés vont se relayer pendant sept mois sur l'ancien voilier de Jean-Louis Etienne pour effectuer des prélèvements de plancton, mesurer le taux de mercure et la quantité de résidus de plastique flottant aux abords de la banquise.

«Ils me font penser aux grands explorateurs au XVIIIème siècle»

Sur le pont de Tara, alors que les quais dédiés aux trimarans de la course au large s'éloignent petit à petit, on s'imagine le voilier fendre les glaces d'été de l'océan arctique et l'équipage à l'affût. Ici, sous la bruine bretonne et une mer relativement calme,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant