À Bilbao le c½ur, au Barça les demies

le
0
À Bilbao le cœur, au Barça les demies
À Bilbao le cœur, au Barça les demies

Bousculé pendant 45 minutes, le FC Barcelone arrache une qualification aux forceps contre un Athletic Bilbao admirable de courage et de détermination (3-1). Mais le Barça était encore trop fort...

FC Barcelone 3-1 Athletic Bilbao

Buts : Suárez (53e), Piqué (81e) et Neymar (91e) pour le Barça // Williams (12e) pour l'Athletic.

On joue la 39e minute de jeu au Nou Camp. Une demi-heure auparavant, les socios étaient confiants à l'idée de voir leurs protégés en route pour le dernier carré de la Coupe du Roi. Menés au score, les voici désormais assis d'effroi sur leurs sièges. Cette fois-ci pourtant, toute la foule se lève. Suite à un mauvais contrôle d'Inigo Lekue, Neymar en profite pour partir seul au but. C'est le moment que choisit Mikel Balenziaga pour venir percuter le crack brésilien de l'épaule en tant que dernier défenseur. Neymar tombe, puis lève les bras au ciel. Comme il y a dix jours avec la faute de Gorka Iraizoz, le stade s'attend à voir apparaître le carton rouge. Mais non, ce sera un simple jaune. Malgré les sifflets des tribunes, le Barça va devoir continuer de courir après le score et se qualifier à la régulière. Et à ce moment précis, rien ne présage que le tenant du titre va passer, loin de là.

Williams mousse la partie


Pour ce quatrième volet de la saison entre Leones et Culés, Ernesto Valverde et Luis Enrique s'échangent des sourires avant d'entrer sur la pelouse. Luis Suárez revenu de suspension et Neymar à la chevelure iroquoise, le Barça retrouve son application MSN afin de plier une affaire déjà bien engagée au match aller. Sans grosse surprise, Bilbao souhaite tout de suite presser le collectif blaugrana. La mission semble déjà bien compliquée : il faut marquer au moins deux fois pour espérer passer au prochain tour. Toutefois, la mayonnaise de tarde pas à monter. Suite à un échange entre Javi Eraso et Inaki Williams, le ballon arrive dans les pieds d'Aritz Aduriz dans les six mètres, mais Ivan Rakitić sauve les siens en dernier défenseur.

Un avertissement sans frais, mais aussi sans réaction catalane. Dès lors, la sentence devient imminente : Aduriz temporise au milieu, puis adresse un caviar à la fusée Williams. Un dribble sur Marc-André ter Stegen sur la première touche, un extérieur du pied sur la seconde, Bilbao prend les commandes…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant