À Bercy, Nicolas Sarkozy s'est opposé aux contrats avec Karachi

le
0
Plusieurs documents révèlent les réticences du ministère du Budget devant la vente de sous-marins au Pakistan à l'origine des soupçons de corruption.?

Alors que l'enquête sur l'affaire Karachi pourrait s'étendre à d'autres contrats internationaux, plusieurs documents en possession des juges tiennent aujourd'hui Nicolas Sarkozy à l'écart du cœur névralgique du dossier.

Plusieurs pièces montrent que, en 1994, le ministère du Budget, alors dirigé par l'actuel chef de l'État, s'est déclaré hostile à la vente des sous-marins Agosta au Pakistan -cette vente sur laquelle serait venu se greffer in extremis un système de rétrocommissions possiblement destiné, ont déclaré plusieurs témoins, à alimenter les circuits d'Édouard Balladur. Le compte rendu d'une réunion ministérielle tenue le 29 juin 1994, classé secret défense, témoigne de cette position. Alors que le ministère de la Défense ne veut alors pas remettre en cause la conclusion du contrat malgré les nouvelles exigences des Pakistanais, Bercy exprime ses réticences. Dans le rapport de la mission d'information parlementaire, une fonctionnaire de la Dire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant