À Barcelone, Paris ne fait toujours pas peur

le
0
À Barcelone, Paris ne fait toujours pas peur
À Barcelone, Paris ne fait toujours pas peur

Un Zlatan et puis c'est tout. En forçant grossièrement le trait, telle est la vision catalane de ce PSG. Trop dépendants de leur Ibra, trop peu sûrs de leur force, les Parisiens n'effraient que peu de Blaugrana. Et si c'était l'occasion d'en profiter ?

« Le PSG est une grande équipe, mais sans Ibra, elle n'est plus la même. » La parole dominicale de Jérémy Mathieu est une synthèse de l'opinion footballistique espagnole sur le club de la capitale française. Depuis le tirage au sort de la Ligue des champions, la nébuleuse blaugrana avait fait de ce rendez-vous face aux Parisiens du Z le premier test de la bande à Luis Enrique. Après un début de saison canon et toujours aucun but encaissé, ce choc en était même presque réduit aux retrouvailles de Zlatan Ibrahimovi? avec son ancienne équipe. Presque, puisque depuis lundi, 15 heures, le grand Suédois est officiellement annoncé forfait. Dans cette poule F, le PSG est considéré comme le seul rival de taille du Barça. Un premier test de la saison que tout le monde à Barcelone imagine sans le dire comme un « entraînement » grandeur nature avant le Clásico de la fin du mois d'octobre. Ne vous fiez donc pas à Luis Enrique lorsqu'il dit que « c'est l'une des équipes privilégiées pour pouvoir gagner cette compétition ». Si cette idée peut traverser le cortex du coach barcelonais, il n'en va pas de même de la pensée commune en Espagne.
Le PSG, c'est Disneyland
Depuis la prise en main du PSG par le Qatar, l'œil de la presse espagnole envers le championnat français a changé. Jusque-là jamais évoquée, la Ligue 1 a gagné en visibilité médiatique. Pour autant, ce serait mentir de dire que les Espagnols se sont épris de ce championnat à une tête. « Le niveau du championnat de France peut être un problème, juge Radomir Anti?, seul entraîneur à avoir occupé les bancs du Bernabéu, du Camp Nou et du Calderón. Lorsque j'ai regardé Lille face à Porto, j'ai été très très déçu. Dans chaque grand championnat européen, deux ou trois équipes dominent largement. En Espagne, il y a le Barça, le Real et l'Atlético. En France, le PSG est sans doute trop seul. » Trop seul dans son championnat, ce PSG version qatarie sonne plus comme une visite à Disneyland à l'oreille des voisins pyrénéens – Neymar en est fan. Une caricature, certes, qui traduit le manque criant de compétitivité de la Ligue 1 et de concurrence face aux Parisiens. Nombreux sont les observateurs à penser comme Anti? que « le PSG fait partie des outsiders, mais ne remportera pas la Ligue des champions cette année ».

La faiblesse du championnat français......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant