A Barcelone, Mark Zuckerberg "compatit" avec Apple face à la justice américaine

le
0
A Barcelone, Mark Zuckerberg "compatit" avec Apple face à la justice américaine
A Barcelone, Mark Zuckerberg "compatit" avec Apple face à la justice américaine

Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a dit lundi "compatir" avec le géant américain Apple et son patron Tim Cook, engagés dans une bataille contre la justice américaine sur la confidentialité des données."Nous compatissons avec Tim et Apple", a-t-il assuré dans une intervention très attendue au Mobile world congress (MWC) à Barcelone, le plus important salon des télécoms du monde. "Je ne pense pas que demander une +porte dérobée+ au codage va être efficace pour augmenter la sécurité ou que ce soit la bonne chose à faire", a-t-il ajouté.Apple se retrouve au coeur d'une bataille juridique après qu'une juge américaine a exigé qu'il aide la police fédérale (FBI) à accéder au contenu crypté de l'iPhone d'un des auteurs radicalisés de la fusillade de San Bernardino, qui avait fait 14 morts début décembre en Californie.Mais le géant à la pomme fait valoir que créer un logiciel pour accéder à ce smartphone, ou "porte dérobée", mettrait en péril la protection des données de centaines de millions d'utilisateurs. Mark Zuckerberg a aussi assuré que Facebook avait des règles très strictes à l'encontre des contenus qui pourraient promouvoir le terrorisme. "Nous ne voulons pas de gens qui fassent ce genre de chose sur Facebook", a-t-il dit.Pour les entreprises technologiques américaines, la question est particulièrement sensible, en particulier depuis les révélations en 2013 d'Edward Snowden sur un programme d'espionnage national des appels téléphoniques via la NSA (Agence nationale de renseignement aux Etats-Unis), qui avait placé la question de la protection des données des utilisateurs au coeur des préoccupations.A Barcelone, le sujet était sur toutes les lèvres. Dès dimanche, le président de la branche produits du géant chinois Huawei, Richard Yu, avait assuré Apple du soutien de son groupe face aux autorités américaines.C'est "la chose la plus importante du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant