À Athènes, la résistance s'organise contre les privatisations

le
0
En guise d'avertissement, les syndicats ont déclenché une grève de 48 heures à la compagnie nationale d'électricité Genop-Dei.

Les syndicats n'ont pas hésité un instant. À peine le nouveau ministre des Finances, Evangelos Venizélos, envolé à Luxembourg, et avant même que la grande manifestation de dimanche soir ne batte son plein place Syntagma, ils ont déclenché une grève de 48 heures à la compagnie nationale d'électricité Genop-Dei. L'avertissement est clair. Les privatisations élargies annoncées début juin par le gouvernement grec ne passeront pas comme une lettre à la poste.

Alors que la nouvelle équipe du premier ministre Georges Papandréou doit présenter dans deux semaines devant la Parlement la loi visant à réduire de 51 % à 34 % la participation de l'État dans le capital de la compagnie, les syndicats demandent à rencontrer en urgence Evangelos Venizélos et son prédécesseur à ce poste, Georges Papaconstantinou, désormais en charge de l'Énergie et de l'Environnement.

«Qu'ils viennent chercher nos terres»

Leur coup de force a valeur de symbole. Genop-Dei, c'est un m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant