À Alger, Juppé veut «moins de mémoire et plus d'avenir» 

le
0
Le chef de la diplomatie française a déjeuné jeudi avec le président Bouteflika.

Envoyé spécial à Alger

«Il n'y aura pas de repentance, ce dossier est derrière nous » : Alain Juppé a été très clair en répondant jeudi à une journaliste algérienne qui lui demandait si la France allait «reconnaître les crimes de la colonisation».

Aux côtés de son homologue Mourad Medelci, le chef de la diplomatie française a rappelé que Nicolas Sarkozy avait pris position sur «le caractère injuste de la colonisation», lors de sa venue en Algérie, en juillet 2007. «On ne peut pas ressasser éternellement le passé», a-t-il poursuivi, ajoutant que «la reconnaissance de nos passés respectifs est tout à fait claire de part et d'autre». «Moins de mémoire, plus d'avenir», le développement écono­mique plutôt que le ressentiment, l'emploi plutôt que les plaies du passé : Alain Juppé a tenu ce cap lors de cette brève visite à Alger, puis à Oran, la première d'un patron du Quai d'Orsay depuis celle de Bernard Kouchner en 2008. Entre les deux pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant