A Alep, des barils d'explosifs largués par le régime syrien déciment l'opposition

le
0

Plus de 120 personnes sont mortes ce week-end dans l'ancienne capitale économique du pays.

A Alep, c'est le week-end le plus sanglant depuis celui du 15 décembre dernier. En deux jours, les raids aériens du régime syrien contre les quartiers rebelles de la ville ont causé la mort de 121 personnes. Dimanche, 36 personnes sont mortes dans les raids menés à l'aide de barils d'explosifs sur les quartiers est d'Alep, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), dont 13 enfants et 8 adultes dans trois raids sur le quartier de Tariq al-Bab.

Samedi, «au moins 85 personnes ont été tuées par des barils d'explosifs lancés par des hélicoptères militaires sur des quartiers tenus par les rebelles» à Alep, ancienne capitale économique du pays, a affirmé l'OSDH. Parmi les victimes figurent 65 civils, dont encore 13 enfants, a précisé l'OSDH. En outre, dix jihadistes du Front Al-Nosra, branche officielle d'al-Qaida en Syrie, ont été tués dans un de leurs...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant