À Alençon «les détenus ne pensent qu'à une chose: fuir»

le
0
INTERVIEW - Dans cette prison de haute sécurité, les incidents se multiplient depuis l'ouverture en mai 2013. Pour Samuel Gauthier, secrétaire régional adjoint de la CGT Pénitentiaire Grand-Ouest, regrouper les détenus «les plus dangereux de France au même endroit» était une mauvaise idée.

Les incidents se succèdent à la prison de Condé-sur-Sarthe, près d'Alençon (Orne). Réguliers depuis son ouverture, fin mai 2013, ils sont presque quotidiens depuis le début de la semaine. Lundi, un surveillant a été pris en otage pendant 4 heures par deux détenus. Mardi et mercredi, les détenus ont refusé de regagner leurs cellules à 19 heures. Mercredi toujours, un détenu a poursuivi un surveillant avec une barre de fer. Jeudi, un autre surveillant a été poignardé avec une arme artisanale.

LE FIGARO - Quel est le profil des détenus de la prison de Condé-sur-Sarthe?

Samuel GAUTHIER - L'administration a souhaité y regrouper les détenus les plu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant