À Abidjan, les vigies de l'ONU enquêtent sur les tueries

le
0
REPORTAGE - Ils menacent de faire comparaître devant des tribunaux internationaux les auteurs de violations des droits de l'homme.

De notre envoyé spécial à Abidjan.

À l'autre bout du fil, une voix nouée supplie. «Je vous appelle de Williamsville, où nous sommes attaqués par les Patriotes. Ils ont égorgé un vieux et tiré sur le petit Youssouf, qui a maintenant les deux jambes fracturées. On vous attend. Venez vite!» L'opérateur raccroche pour transmettre l'information à ses supérieurs mais voici que la sonnerie, de nouveau, retentit. «Je suis à Port-Bouët 2. Depuis hier soir, les pro-Gbagbo brûlent nos maisons. Il faut venir sécuriser l'endroit...» Un autre, encore: « Ça tire dans ma zone, envoyez votre hélicoptère.» Dépassé, le jeune homme prend une profonde respiration puis, sur un ton guère rassurant, glisse: «Cher Monsieur, mettez-vous à l'abri, évitez les déplacements inutiles et nous allons voir ce que nous pouvons faire...»

Depuis l'élection contestée d'Alassane Ouattara, le 2 décembre dernier, cinq agents des Nations unies jouent ainsi les vigies, de jour

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant