À 94 ans, la caisse de retraite lui réclame 38.000 euros

le
18
Le groupe Humanis réclame 38.000 euros à une veuve de 94 ans qui a continué à percevoir la retraite complémentaire de son mari décédé en 1989.

Humanis, groupe spécialisé dans la prestation sociale reproche à Andrée Schreiber d'avoir touché, jusqu'en 2011, la totalité de la pension de son mari mort en 1989. «Quand mon mari est mort, j'aurais dû toucher 60% de sa pension, mais ils m'ont versé 100% jusqu'en 2011. Ce n'est quand même pas ma faute» a-t-elle confié au Parisien-Aujourd'hui en France. Le groupe lui réclame la somme de 38.00 euros. Humanis l'a menacé de retenir 1000 euros sur les 1600 euros qu'elle perçoit par trimestre car la retraité ne répondait pas aux demandes. Une mesure restée sans suite.

Humanis affirme que le décès n'a jamais été déclaré par l'ex-caissière de 94 ans. «C'est en 2011, lors d'un échange de fichiers entre l'Agirc-Arrco et nous-mêmes, que ce décès nous a été notifié. Nous avons donc directement mis en place une pension de réversion» affirme Karim Natouri, directeur de la communication du groupe. «Mme Schreiber a reçu pendant longtemps une attestation fiscale au nom de son mari. Elle devait savoir que la somme qui lui était versée tous les trimestres était la retraite de son mari et non une pension dé réversion» ajoute-t-il.

Plusieurs dysfonctionnements

Andrée Schreiber refuse de rembourser ce trop-perçu de 38.000 euros et se justifie: «Ils ont mis plus de vingt ans à se rendre compte qu'ils ne me versaient pas la bonne somme. Et maintenant, ils me réclament de l'argent. Mais moi, je ne leur donnerai pas. Ils n'ont qu'à voir ça avec leur comptable qui a fait n'importe quoi».

En cas de décès d'un assuré, l'INSEE envoie un avis à l'assurance vieillesse qui le transmet à l'Agirc-Arrco, les fédérations gérant les retraites complémentaires des salariés et cadres. «Ici, ni l'INSEE ni Andrée Schreiber n'a communiqué le décès. De plus Mme Schreiber cotisait à trois caisses de retraites différentes. Elle a déclaré la mort de son mari à deux d'entre elles et a omis de le faire à Humanis» affirme Karim Natouri.

Humanis déclare vouloir «résoudre ce cas exceptionnel tout en respectant le cadre réglementaire».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gouraudp le lundi 8 juil 2013 à 13:51

    Que personne ne s'inquiéte il se serviront sur l'héritage si il reste quelque chose....

  • cavalair le dimanche 7 juil 2013 à 19:57

    Fou.tez lui la paix et aller en Algerie et au Maroc chercher les milliards qui disparaisent tous les ans en payant des retraites aux centenaires qui n'existent plus. Demandez a Karim s'il n'a pas un grand pere mort il y a 10 ans qui touche toujours sa retraite

  • puck le vendredi 5 juil 2013 à 10:57

    En Algérie il y a des centaines de centenaires retournés au pays qui touchent leur retraite car aucune information de remonte sur les décès et cela ne heurte personne alors pour une fois que cela concerne un français faut pas en faire un événement !

  • M4358281 le mercredi 3 juil 2013 à 15:49

    En Corse ..les cimetières sont pleins d'électeurs et de pensionnés ..DOM/TOM aussi ..c'est vrai qu'en métropole ..il faut pas se louper

  • cyrilc1 le mercredi 3 juil 2013 à 11:58

    Je pense simplement qu'elle a oublié cet organisme puisqu'elle a délcaré la mort de son mari à deux autres organismes. Un oubli n'est pas intentionel mais est du fait de la personne et se doit de rembourser les sommes percus à tort. Maintenant effectivement certains repartis au maghreb continuent a percevoir tout en etant decedé.

  • glebret5 le mercredi 3 juil 2013 à 09:33

    Les certificats de vie, cela existe..

  • lenip le mercredi 3 juil 2013 à 06:40

    et les soi disant centenaires qui touchent encore une pension de retraite dans les pays du magreb ( d apres la cour des comptes je crois) on ne regarde pas non plus si ils sont encore en vie deux poids deux mesures toujours les memes qu on fait Ch......

  • SuRaCtA le mardi 2 juil 2013 à 22:51

    Si le fait qu'elle n'est pas déclarer le décès de son mari en 1989 est avéré, c'est logique qu'elle rembourse ce qu'elle a indument touché. Mais si l'erreur vient d'administration ce qui est assez probable aussi vu les document que la paperasserie remplis en cas de décès (Sécurité sociale, import... ) et que ce sont les service de l'état qui ne communique pas entre eux, il est légitime qu'elle conserve ce qu'elle a perçu.

  • brun3686 le mardi 2 juil 2013 à 21:51

    @ faites_c, vous seriez le 1er à râler si vous receviez un courrier pour savoir si vous êtes vivant.

  • M1310580 le mardi 2 juil 2013 à 20:35

    infligé cela à une dame de 94 ans, c'est indécent et scnadaleux !