A 380 : dans un trou d'air, Airbus tente la stratégie du repli

le , mis à jour à 12:24
3
A 380 : dans un trou d'air, Airbus tente la stratégie du repli
A 380 : dans un trou d'air, Airbus tente la stratégie du repli

Reculer pour mieux voler, c'est la nouvelle stratégie d'Airbus pour son A380. La firme aéronautique a décidé de réduire la production de son superjumbo en raison du manque de commandes, annonce Le Figaro ce mardi, en attendant une deuxième jeunesse.

 

A compter de 2018, la production de l'A 380 ne sera plus que d'un par mois (seuil minimum pour conserver les compétences), contre 2,5 par aujourd'hui. « Cette décision nous permet de lisser nos livraisons en attendant de nouvelles commandes », explique Alain Flourens, directeur du programme A 380, au Figaro.

 

Il restait en effet, à fin août 2016, 124 superjumbos à livrer sur les 319 appareils commandés depuis son lancement commercial en 2000 par dix-huit clients. La commande iranienne (douze exemplaires) qui attend l'obtention d'une licence d'exportation pour se concrétiser, ne suffira pas à doper le carnet de commandes.

 

Cette année, Airbus livrera 27 A 380, autant qu'en 2015. Et trois appareils de moins que lors du pic de production, constaté entre 2012 et 2014. « Nous pourrions développer d'autres versions, mais aujourd'hui la demande des compagnies porte sur l'optimisation de l'avion actuel. Nous allons améliorer sa productivité, en optimisant la cabine et en offrant plus de flexibilité et de liberté dans l'aménagement de celle-ci par nos clients », développe Alain Flourens, qui veut croire aux chances de son très gros porteur, inédit par ses qualités – une consommation de carburant inférieure de 40% à celle d'un Boeing 747 et qui peut transporter 525 à 850 passagers – mais dont la mise au point a coûté 20 milliards de plus que prévu.

 

La division hélicoptères d'Airbus souffre aussi. En raison de l'annulation d'une commande de 50 appareils Caracal, la direction prévoit un plan social. 800 salariés, sur 8 000, seraient menacés. Les discussions de ce contrat à 2,4 milliards d'euros selon Paris, 3,1 selon Varsovie, ont été rompues en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DADA40 il y a 10 mois

    Pologne : le repli sur soi va conduire à une baisse du commerce international. Et si on verbalisait systématiquement leurs chauffeurs routiers qui ne respectent pas les vitesses autorisées ou les durées de conduite?

  • frenchto il y a 10 mois

    dommage. Jamais je n'ai volé dans un avion aussi confortable

  • pversaul il y a 10 mois

    C'est pourtant une très belle réussite technologique cet avion et que c'est agréable de voyager dans cet appareil.