À 31.000 euros, le prix de la gifle atteint des records

le
1
La cour d'appel d'Aix-en-Provence a condamné une jeune femme à 31.000 euros de dommages-intérêts pour avoir donné deux claques à une collègue de travail.

Le cours de la gifle s'envole. Mercredi, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a condamné une jeune femme de 28 ans à 31.000 euros de dommages-intérêts pour avoir donné deux claques à une collègue de travail. Soit 15.500 euros le soufflet. Ces tapes étaient accompagnées, selon la plaignante, de propos racistes. L'avocat de la «gifleuse» dénonce «une dérive à l'américaine».

Si la facture semble gonflée, ce n'est pas la première fois que ce genre d'affaire enfle dans les médias. En février dernier, un élu du Nord, Maurice Boisart, s'était retrouvé au tribunal pour une gifle donnée en 2010 à un adolescent et avait été condamné à une amende avec sursis. Un fait divers qui avait relancé le débat sur la gravité de ce geste et la pertinence des poursuites judiciaires.

La taloche distribuée par François Bayrou à un jeune garçon qui «essayait de lui faire les poches» lors de la campagne présidentielle de 2002 avait également fait coulé beaucoup d'encre. Depu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M169421 le jeudi 19 avr 2012 à 13:20

    Une gifle bien plus chère qu'un meurtre.La dérive à l'américaine,on y est!Et comme d'habitude,on évoque des propos racistes(qui ne sont vrais que dans un sens,c'est ce qu'on appelle l'égalité),ou parce que quelqu'un est malheureusement atteint de dépression,handicap de quelque nature,et voilà!Le tour est joué.Si je pouvais m'en prendre 2 aussi,je tends les joues.Du grand n'importe quoi.