À 21,2%, la TVA française dépassera la moyenne européenne

le
16
INFOGRAPHIE - Nicolas Sarkozy veut porter le taux de TVA à 21,2% au 1er octobre 2012. À ce niveau, la France se situerait au delà de la moyenne des 27 pays de l'Union européenne.

Dimanche soir, lors de son intervention télévisée, le président sortant Nicolas Sarkozy a affirmé qu'en augmentant le taux de TVA de 19,6% à 21,2%, la France resterait «dans la moyenne» de la taxe sur la valeur ajoutée en Europe. En réalité, si la hausse de 1,6 point intervenait le 1er octobre prochain, tel que le chef de l'État le souhaite, la France se situerait au-dessus de la moyenne européenne: du Luxembourg, où la TVA est au minimum fixé par l'Europe à 15%, à la Hongrie, à 27% depuis le 1er janvier 2012, la moyenne des 27 pays de l'Union européenne s'établit à 21%.


Depuis le 1er janvier de cette année, l'Irlande a également porté sont taux de TVA standard de 21% à 23%. Peu avant, le 17 septembre 2011, c'est l'Italie qui a relevé son taux de un point, à 21%.

Les Allemands et les Danois ont augmenté leur TVA de trois points

Pour Nicolas Sarkozy, une telle hausse de la TVA, couplée à une baisse des charges patronales, n'aura pas d'effet sur les prix à la consommation. Tout dépend en fait de ce qu'en feront les entreprises: soit elles profitent de l'allègement du coût du travail pour baisser leurs prix et ainsi être plus compétitives, soit elles profitent de la baisse des charges pour redonner des couleurs à leurs bénéfices, alors que la crise économique se prolonge. Considérant le cas allemand, il a assuré qu'une telle mesure favoriserait la compétitivité française.

Le 1er janvier 2007, l'Allemagne a augmenté son taux de TVA de trois points, passant de 16% à 19%: un point a été affecté à une baisse des cotisations sociales et deux points à la réduction du déficit. D'après une étude de la Bundesbank, la banque centrale allemande, cette augmentation de la TVA aurait contribué pour 2,6 points à la hausse des prix en 2007. Selon l'institut des statistiques européennes Eurostat, les données montrent que les prix ont considérablement augmenté après la décision d'Angela Merkel, et que le pouvoir d'achat des ménages s'est détérioré. Mais ces effets n'ont pas duré, et la baisse de la consommation n'a été que temporaire. Le débat sur une nouvelle augmentation de la TVA reste à l'ordre du jour en Allemagne, même s'il porte essentiellement sur la question du taux réduit de la TVA (7%).

Le Danemark a aussi connu une hausse de trois points du taux de TVA, porté à 25%, soit la taxe la plus élevée d'Europe. Une mesure qui a visé à compenser intégralement la quasi-suppression des cotisations sociales versées par les employeurs, entre 1987 et 1989. En plus de vingt ans, personne n'est revenu sur cette réforme fiscale.

LIRE AUSSI:

» 13 milliards de charges basculées sur la TVA et la CSG

» TVA sociale: un coup de pouce envisagé pour les bas salaires

» «La TVA sociale n'est pas une mesure miracle»

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le lundi 6 fév 2012 à 16:26

    notre problème :En France 577 députés + 348 sénateurs = 925 Députés & sénateurs pour 65M d'habitants.(hors représentants européens, régionaux, dans les départements, les agglo, les communes..)Aux US 100 sénateurs + 435 représentants = 535 députés & sénateurs pour .. 309 M d'habitants..Sachant qu'on doit intégrer les coûts directs pensions mais aussi les avantages en nature, le coût de retraites, les frais liés & remboursés pour leurs activités.. qu'on commence par là

  • M6762365 le mardi 31 jan 2012 à 10:12

    plus de 25000euros par français, c'est le montant de notre dette...

  • zargozy le mardi 31 jan 2012 à 09:38

    et non jean.coq, la TVA en Italie est bien de 20%

  • zargozy le mardi 31 jan 2012 à 09:34

    C'est rigolo, Nicolas, n'a pas encore compris que chaque point d'impots ou taxe qu'il instaurait, c'était des chomeurs en plus, donc de la consommation en moins, donc de nouvelles charges sociales pour les entreprises et ceux qui travaillent, donc moins de compétitivité pour les entreprises. Il est très nul ce mec.

  • dub22 le mardi 31 jan 2012 à 08:57

    Typiquement français. On veut tout mais surtout pas se poser la question de ce que ça peut coûter!!! Mais un jour il faut passer à la caisse.On peut même se réjouir que cette crise soit survenue car cela met en lumière l'irresponsabilité de nos politiques et d'une partie des français (qui descendent dans la rue à la moinddre réforme d'envergure)

  • muck12 le lundi 30 jan 2012 à 23:08

    il faut plutôt la descendre a 15% ou 17%

  • muck12 le lundi 30 jan 2012 à 23:04

    la csg et la rds n existe pas dans les autres pays ce qui nous place en tête des impôts indirects l augmenté en plus et nous allons a la catastrophe

  • muck12 le lundi 30 jan 2012 à 23:01

    ce n est pas encore fait et ce n est pas une solution mais certainement la plus pire

  • idem12 le lundi 30 jan 2012 à 21:36

    hé oui Jean.coq mais c'est tjs plus facile de jeter ça sur le dos des autres plutôt que de se remettre en cause. le pire ? les français sont bien parti pour remettre les mêmes au pouvoir et d'ensuite venir s'en plaindre !!

  • jean.coq le lundi 30 jan 2012 à 20:26

    OUESSAN, les principaux responsables de la crise sont les hommes politiques mediocrres de droite et de gauche que NOUS ELISONS regulierement depuis 30 ans.