A 18 ans, John se rêve en faiseur de pluie et de beau temps

le
0
A 18 ans, John se rêve en faiseur de pluie et de beau temps
A 18 ans, John se rêve en faiseur de pluie et de beau temps

Octobre sera sec, novembre froid et humide et décembre neigeux. Ces prévisions sont signées John Kechiche sur sa page Facebook qui compte 6.600 fans. A 18 ans, ce Périgourdin passionné de météo s'apprête à ouvrir son propre site et se rêve en Monsieur météo à la télévision.Son intérêt pour la pluie et le beau temps remonte à loin: il a commencé lorsqu'il n'avait que trois ans. "J'étais captivé par la météo et, le soir, je ne ratais pas un bulletin à la télé", se souvient John, visage poupin et look d'adolescent. A sept ans, à l'âge où les petits garçons s'imaginent en super héros ou footballeur, il ne rêvait que d'une chose: rencontrer Évelyne Dhéliat, la présentatrice vedette de la météo sur TF1.Sa mère, Soraya, prend alors la plume et écrit à la chaîne. Quelques mois plus tard, en février 2003, John est à l'antenne, seul, pour présenter un bulletin en direct."Je me souviens que quand je suis arrivé dans le studio j'étais tout ému", raconte encore ébloui le jeune homme. "Il avait tout enregistré et savait parfaitement tout situer, du golfe du Lion en passant par le golfe de Gascogne", se souvient aussi sa mère.A l'époque, Évelyne Dhéliat a raconté son étonnement devant ce gamin qui "a complètement collé à son rêve qui est devenu réalité", et prédisait alors qu'il lui en resterait "quelque chose dans l'avenir". La présentatrice, dont la photo trône en bonne place dans le studio de John, le petit garçon d'alors serré contre elle, ne croyait pas si bien dire. Une vague d'encouragementsUne décennie plus tard, John, un temps apprenti pâtissier et qui n'a pu faire d'autres études, s'apprête à ouvrir son site internet dédié à la météo avec l'intention de vendre ses prévisions, via des abonnements."J'analyse des cartes et des photos satellitaires brutes à partir desquelles je mets mes bulletins à jour toutes les six heures", explique le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant