$9,3 milliards promis pour le Fonds vert de l'Onu pour le climat

le
2

BERLIN, 20 novembre (Reuters) - Quelque 9,3 milliards de dollars (soit 7,4 milliards d'euros) d'engagements pour le Fonds vert pour le climat (GCF), mis en place par l'Onu pour aider les pays en développement à combattre le changement climatique, ont été officialisés jeudi à Berlin par les représentants de 21 pays. Proches de l'objectif de 10 milliards que s'est fixé l'Onu, ces engagements sont une bonne nouvelle dans la perspective de la conférence sur le climat qui sera organisée l'année prochaine à Paris. "Le résultat aujourd'hui de la capitalisation du Fonds vert pour le climat est un signe indéniable de renforcement de la confiance de la plus haute importance", s'est réjouie Héla Cheikhrouhou, la directrice exécutive du GCF. Mis en place en 2010 par les parties prenantes à la Convention-cadre de l'Onu sur les changements climatiques (CCNUCC), le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier qui doit permettre aux pays en développement de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et de se préparer aux effets du changement climatique (canicules, montée des eaux des océans, érosion accélérée). Les nations en développement espéraient un objectif de 15 milliards de dollars. En septembre, lors du sommet Climat organisé en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, la France a annoncé une contribution d'un milliard de dollars, une somme équivalente à l'engagement de l'Allemagne. Barack Obama a annoncé ce week-end au sommet du G20 à Brisbane, en Australie, que les Etats-Unis verseraient trois milliards de dollars; le Japon s'est engagé lui à hauteur de 1,5 milliard de dollars. La Grande-Bretagne a annoncé jeudi qu'elle verserait 1,1 milliard de dollars, l'Italie 310 millions. (Madeline Chambers; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 20 nov 2014 à 17:34

    Quand je vois le nombre de milliers de milliards que toutes ces organisations, que ce soit étatiques, de banques centrales, CEE ou autres organisations internationales envisagent de dépenser, je me demande où ils vont aller les chercher. Je pense que bientôt on va voir le retour du bâton et voir flamber les prix.

  • LeRaleur le jeudi 20 nov 2014 à 17:29

    Encore du fric qui va aller là où il ne faudrait pas, dans les poches de certains très nombreux.