8000 emplois détruits dans les centres d'appels

le
1
L'arrivée de Free mobile a poussé les autres opérateurs à réduire leurs effectifs. Le chiffre d'affaires du secteur devrait reculer de 20 à 25% cette année, selon le Syndicat des professionnels des centres de contact.

«Free a été une bombe pour nous». Laurent Uberti, président du Syndicat des professionnels des centres de contact (SP2C), parle au nom de tous les centres d'appels qui ont subi depuis l'arrivée du nouvel opérateur une vague de destruction d'emplois. Selon des chiffres publiés par le Journal du dimanche, 4000 emplois ont été détruits en France depuis un an et 4000 autres devraient suivre dans l'année qui vient. «C'est un constat: leur arrivée a provoqué un véritable tsunami dans notre secteur», ajoute-t-il. L'ensemble du secteur devrait perdre entre 400 et 500 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013. Soit une chute de 20 à 25% sur un an, pour un marché de 2 milliards d'euros.

D'après le syndicat, ces destructions d'emplois sont la co...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le dimanche 22 sept 2013 à 17:49

    Il veut nous faire croire que les centres d'appels étaient en France ?Tous ceux qui ont eu affaire à ces centres savent qu'ils sont en Afrique. (sub-saharienne ou maghreb)