77 jours pour un rendez-vous chez l'ophtalmo !

le
0
77 jours pour un rendez-vous chez l'ophtalmo !
77 jours pour un rendez-vous chez l'ophtalmo !

Les déserts médicaux ne concernent pas seulement l'accès à un médecin traitant. Une étude réalisée auprès de 2643 ophtalmologistes par Yssup Research*, pour le groupe Point Vision, montre qu'il faut 77 jours en moyenne, soit plus de deux mois, pour obtenir un rendez chez ce spécialiste. Ce délai peut même atteindre 7 mois dans certains départements, voire un an. C'est la Loire qui est en tête de tous les départements pour ce qui est de l'attente la plus longue, soit 205,3 jours en moyenne pour une consultation. Le Finistère, l'Isère et la Seine-Maritime se classent également dans les mauvais élèves avec une attente supérieure à 152 jours.

C'est toujours dans la Loire, décidément bien mal lotie, que l'on a le plus de mal à prendre rendez-vous dans l'année. Cela s'est même révélé impossible pour 65% des personnes interrogées bien qu'elles aient pris contact avec au moins 20 spécialistes. En effet, 15% des ophtalmos ne sont plus en mesure d'accepter de nouveaux patients selon cette enquête. Une tendance qui touche aussi la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, l'Isère, l'Ile-et-Vilaine, l'Essonne.

«Bref, une vraie galère pour la majorité de nos concitoyens. Nous avons aussi noté une grande disparité de tarification en ophtalmogie, alors que de nombreux Français ne disposent pas d'une couverture sociale optimum», précise Patrice Pouts, président du Groupe Point Vision qui après Paris, Lyon et Bordeaux vient d'ouvrir un nouveau centre à la Défense (Hauts-de-Seine) en se donnant pour mission de proposer des rendez-vous dans la semaine.

Quid des bons élèves ? C'est à Paris, dans les Hauts-de-Seine, les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône que les délais pour un rendez-vous sont les plus courts (de 24 à 40 jours en moyenne). Cette enquête, effectuée entre le 15 octobre 2013 et le 30 janvier 2014, conforte un récent rapport parlementaire qui souligne le «manque criant de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant