75% des Français ont déjà joué au moins une fois à des jeux d'argent et de hasard

le
2

(Relaxnews) - L'enquête ENJEU 2014 révèle que la proportion de joueurs à risque modéré a fortement augmenté depuis 2010 en France. Près de 74% des personnes interrogées disent avoir joué au moins une fois à des jeux d'argent et de hasard. Parmi elles, 56% auraient joué au cours de l'année écoulée.

L'Enquête nationale sur les pratiques de jeu, d'argent et de hasard en 2014 a été menée en collaboration avec l'Observatoire des jeux (ODJ) et l'Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes) dans le cadre du dernier volet de la série d'enquêtes Baromètres Santé.

Cette enquête téléphonique confiée à l'Institut Ipsos s'est déroulée du 11 décembre 2013 au 31 mai 2014 et a interrogé 16.000 personnes représentatives de la population française âgées de 15 à 75 ans.

Elle s'est intéressée à tous les jeux d'argent et de hasard : jeux de tirage, jeux de grattage, paris hippiques, paris sportifs, poker, jeux de cartes, machines à sous et jeux de casino.

Les résultats de cette enquête montrent que depuis 4 ans, la proportion de Français ayant joué à des jeux d'argent et de hasard dans l'année écoulée a sensiblement augmenté. Elle est passée de 46,4% en 2010 à 56,2% l'an passé. 

Les joueurs ont principalement recours à des supports de jeux traditionnels", car seuls 7,3% d'entre eux ont utilisé internet.

L'activité la plus pratiquée reste les jeux de loterie (tirage ou grattage).

Parmi ces joueurs, on estime à 2,2% le nombre de ceux qui sont à "risque modéré" soit 1 million de personnes et 0,5% ceux qui ont un risque "excessif", soit environ 200 000 Français.

"La prévalence du jeu excessif reste stable entre 2010 et 2014. Mais la prévalence de "jeu à risque modéré" a significativement augmenté sur cette même période, passant de 0,9% à 2,2%", indiquent les auteurs de la synthèse de cette étude, publiée le 16 avril dernier sur le portail de l'Economie et des Finances.

Le profil de ces joueurs modérés ou excessifs dits "problématiques" révèle que ce sont le plus souvent des hommes jeunes appartenant à des milieux sociaux plus modestes que l'ensemble des autres joueurs et qu'ils sont souvent moins diplômés.

Un jeune sur trois âgé de 15 à 17 ans, soit 32,9% des jeunes, dit avoir bravé la législation française en matière de protection des mineurs, et joué au moins une fois au cours de l'année à des jeux de hasard et d'argent. Parmi eux, 25,4% sont classés à faible risque et 11% seraient des "joueurs problématiques".

La politique française des jeux a complété son arsenal législatif en 2010 en légalisant les jeux d'argent en ligne. En 2012, selon les comptes nationaux, les Français ont investi 9,5 milliards d'euros dans les jeux d'argent et de hasard, des dépenses qui représentent 0,8% des dépenses totales des ménages. 

Le jeux pathologique, ainsi défini par l'Institut fédératif des addictions comportementales (IFAC) a créé un site spécialement dédié pour aider les joueurs excessifs : www.aide-info-jeu.fr

Le CHU de Nantes organise également depuis plusieurs années une consultation spécialisée pour les problèmes liés aux jeux d'argent et de hasard et propose, entre autres, des entretiens thérapeutiques individuels et une aide à la gestion des biens.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le mardi 21 avr 2015 à 20:47

    Surtout + de 50% de non-imposables jouent régulièrement .

  • heimdal le mardi 21 avr 2015 à 17:16

    Super stat !