75% des Brésiliens soutiennent les contestataires

le
0
75% des Brésiliens soutiennent les contestataires
75% des Brésiliens soutiennent les contestataires

La présidente Dilma Rousseff a eu beau tenter d'apaiser la contestation dans la nuit de vendredi à samedi, les manifestations continuent de paralyser le Brésil. Samedi, plusieurs dizaines de milliers de personnes sont de nouveau descendues dans les rues d'une centaine de villes du pays. De grandes figures du football brésiliens ont également fini par soutenir officiellement le mouvement qui ne semble pas près de s'apaiser. Selon le premier sondage* sur la crise qui secoue le géant d'Amérique latine depuis bientôt deux semaines, quelque 75% des Brésiliens soutiennent cette rébellion historique. L'onde de choc des protestations a même atteint Hollywood: l'acteur américain Brad Pitt a renoncé à assurer lundi à Rio la promotion de son film «World war Z» en raison des événements.

Les promesses n'ont pas convaincu

Avant le week-end, le mouvement semblait pourtant s'essouffler. Les manifestants commençaient à être moins nombreux même s'ils bloquaient samedi encore des axes routiers et provoquaient de grands embouteillages à Rio de Janeiro et Sao Paulo. Mais l'intervention de Dilma Rousseff sur les télévisions-radios du pays ont visiblement redonner du souffle à la contestation. Si elle a assuré qu'elle allait s'atteler à l'amélioration des services publics tant demandée, en particulier des transports, les promesses de la présidente de gauche ont été accueillies avec scepticisme sur les réseaux sociaux. Notamment par les jeunes, généralement issus de la classe moyenne, qui animent ce mouvement très hostile aux institutions.

A Belo Horizonte (sud-est), la troisième ville du pays, 70 000 personnes ont manifesté en marge du match Japon-Mexique (1-2) de la Coupe des Confédérations. La police a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui voulaient forcer le périmètre de sécurité autour du stade et ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre. Quinze personnes ont été blessées, dont quatre policiers, et deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant