70 ans de la libération de Strasbourg : le serment de Leclerc

le
0
70 ans de la libération de Strasbourg : le serment de Leclerc
70 ans de la libération de Strasbourg : le serment de Leclerc

« Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. » Celui qui fait prêter serment à ses hommes, à Koufra, dans le désert libyen, doit être à moitié fou. Trois cents hommes au garde à vous, dans cette oasis cernée de palmiers... Ça, une armée qui pourrait reprendre la France à Hitler ? La colonne Leclerc -- qui ne dispose que d'un seul canon et s'appuie pour l'essentiel sur de méharistes et de tirailleurs tchadiens et camerounais mal équipés -- vient de prendre cette position aux Italiens. Pas si dérisoire, car il s'agit de la première victoire 100 % française de la guerre.

Mais la flèche de la cathédrale alsacienne est si loin, en ce mois de mars 1941. Le triomphe de l'Allemagne nazie est alors total en Europe. Atterré par l'ambiance de fin du monde qui règne à Paris, le comte Philippe de Hauteclocque rejoint son château familial à bicyclette. C'est là, à Belloy-Saint-Léonard, en Picardie, que le brillant officier monarchiste et très catholique entend les appels du général de Gaulle, en juin 1940. Un mois plus tard, il quitte sa femme et ses six enfants, rejoint l'Angleterre et change de nom, pour protéger sa famille des représailles. A 38 ans, le capitaine de Hauteclocque devient... le colonel Leclerc ! Sûr de sa valeur, il s'est auto-promu en débarquant au Cameroun, où le chef de la France libre l'envoie. Le futur général croit en son étoile, sait galvaniser ses maigres troupes. C'est le début d'une longue marche victorieuse qui passe par El-Alamein, Paris, pour s'achever au nid d'aigle du Führer, à Berchtesgaden. Mais en chemin, il y a un serment à honorer : libérer Strasbourg coûte que coûte. Pendant la guerre, la ville s'est remise -- pour la seconde fois en soixante-dix ans -- à l'heure allemande. Plus rien n'y est français, sauf peut-être le coeur de nombreux habitants.

Le 23 novembre 1944, à 7 h 15, le jour de ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant