69, année égotique

le
0
69, année égotique
69, année égotique

Omar Sivori l'a obtenu avant lui, mais la double nationalité faisant déjà débat à l'époque, Gianni Rivera est considéré comme le premier joueur italien à gagner le Ballon d'Or. Retour sur l'année 69, consécration individuelle pour le Golden Boy.

Retrouvez le classement des 100 meilleurs joueurs français de l'histoire
C'est l'histoire d'un esthète. D'un mec qui n'aime pas défendre. D'un mec qui préfère distribuer des caviars. D'un mec qui, en finale de Ligue des Champions contre les premiers remous de l'Ajax de Cruyff, joue plus relâché que jamais. D'un mec qui offre le deuxième but du match à Prati d'une merveille de talonnade décisive. D'un mec qui se permet de dribbler le gardien adverse, d'attendre le retour de la défense avant de centrer et de faire encore une offrande à son collègue Prati. D'un mec qui a tout simplement survolé la Ligue des Champions cette année-là pour s'offrir le seul trophée qu'il n'avait encore jamais gagné : le Ballon d'Or. Un titre en solo pour un donneur de buts. 69, année égotique.

Bobby Charlton vs Gianni Rivera


Tout commence le 18 septembre 1968. Alors que les parents de Zlatan ne se sont certainement jamais rencontrés, encore moins accouplés, le Milan AC se rend à Malmö pour un premier tour loin d'être aussi simple que prévu. En cinq minutes de jeu, Olsberg et Elmstedt mettent à mal la défense du Milan et il faut un sang-froid absolu de leur capitaine et numéro 10, Gianni Rivera, pour revenir à la maison un peu rassurés, avec le fameux but à l'extérieur dans la besace.

Youtube
Au retour, par contre, c'est une autre histoire. Les Suédois ont beau ouvrir le score, ils se prennent un gros retour de bâton dans la gueule à partir de l'heure de jeu. Trois buts en une demi-heure, Rivera finissant le boulot sur pénalty en toute fin de match. En quarts de finale, c'est une opposition beaucoup plus serrée et fermée. Un seul but de Prati en deux matchs contre le Celtic suffit au bonheur des Rossoneri. En demies, ils retrouvent le Manchester de Sir Bobby Charlton. Le choc des Titans. Si le nom du Britannique apparaît au tableau d'affichage de cette double confrontation, et pas celui de l'Italien, c'est bien Gianni Rivera qui se rendra à Santiago Bernabéu pour la finale.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant