66 % des Français ne veulent pas que Sarkozy soit candidat à la présidentielle

le
0
66 % des Français ne veulent pas que Sarkozy soit candidat à la présidentielle
66 % des Français ne veulent pas que Sarkozy soit candidat à la présidentielle

Au premier regard, le sondage* exclusif Odoxa pour «Le Parisien»-«Aujourd'hui en France» se révèle plutôt abrasif pour Nicolas Sarkozy, une semaine après son élection à la tête de l'UMP : 58 % des Français ont une mauvaise opinion de lui, 79 % pensent qu'il n'a pas la capacité à rassembler le pays, 60 % qu'il a fait son temps, et 61 % que son retour est une mauvaise chose.

L'homme aussi est jugé sévèrement. Si les Français saluent son dynamisme (83 %) et son courage (64 %), ils ne sont que 45 % à le trouver rassembleur (- 3 points depuis fin septembre, date de son come-back), 36 % à le juger sympathique (- 4 points), et 21 % seulement honnête (- 5 points). Résultat : deux sur trois (66 %) ne veulent pas qu'il soit de nouveau candidat à la présidentielle. N'en jetez plus ! « La bataille pour la présidence de l'UMP a laissé des traces », analyse Gaël Sliman, patron de l'institut Odoxa, pour qui « le nouveau président de l'UMP aura du pain sur la planche pour recouvrer sa légitimité pleine et entière ».

Mais voilà, les résultats détaillés s'avèrent bien plus nuancés, et surtout extrêmement clivés entre sondés de droite et sondés de gauche. Sarkozy reste nettement soutenu par son camp : 75 % des sympathisants de droite ont une bonne opinion de lui (89 % à gauche en ont une mauvaise), 69 % saluent son retour (87 % à gauche le désapprouvent) et 66 % pensent même que les affaires où son nom est cité ne sont pas un handicap à sa candidature (83 % à gauche pensent que si). Pour autant, les sondés de droite ne lui signent pas un chèque en blanc. Ils sont 60 % à souhaiter qu'il porte leurs couleurs à la présidentielle, ce qui n'apparaît pas comme un score écrasant, contre 39 % qui refusent.

Signe que l'ancien chef de l'Etat a devant lui un long et âpre chemin avant de passer du statut de chef de l'opposition à celui de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant