65% des Français considèrent Taubira comme un handicap pour le gouvernement

le
3
65% des Français considèrent Taubira comme un handicap pour le gouvernement
65% des Français considèrent Taubira comme un handicap pour le gouvernement

Cible préférée de la droite, au point que Manuel Valls a dû la soutenir publiquement cette semaine à l'Assemblée, Christiane Taubira est aussi sous le feu des critiques dans l'opinion. D'après le sondage Odoxa* pour l'émission «CQFD» d'i>Télé et «Le Parisien»-«Aujourd'hui en France», 73% des personnes interrogées jugent que la ministre de la Justice n'est pas assez sévère, à la fois en matière de lutte contre la délinquance (73%) et contre le terrorisme (72%).

Sans surprise, c'est surtout chez les sympathisants de droite que la critique est la plus sévère (91% et 88%). Mais à gauche aussi, une majorité des sondés là trouvent trop laxiste (53% et 54%).

Résultat : «Aujourd'hui les Français se montrent impitoyables à l'égard de Christiane Taubira», analyse Céline Bracq, directrice générale d'Odoxa. En effet, près des deux tiers (65%) considèrent qu'elle est plutôt un handicap pour le gouvernement aujourd'hui. Un avis largement partagé chez les sympathisants de droite, qui sont 91% à le penser. Mais la garde des Sceaux peut malgré tout toujours compter sur le soutien de la gauche. 63% des sympathisants jugent qu'elle est plutôt un atout.  

«L'égérie du mariage pour tous bénéficie toujours aujourd'hui d'un certain socle de soutien à gauche, mais les mois qui viennent risquent d'être difficiles pour elle car les thématiques sécuritaires demeureront très présentes médiatiquement et les solutions attendues par l'opinion pour y répondre seront toujours plus «sécuritaires» que «préventives», conclut Céline Bracq. 

* Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet les 12 et 13 février 2015. Echantillon de 1013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.