60 ans après, Elizabeth II accorde sa grâce au mathématicien Alan Turing

le
1
Le mathématicien, dont les travaux ont permis de casser le code utilisé par les sous-marins allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, avait été condamné pour homosexualité en 1952. Il s'était suicidé peu après.

C'est un dénouement heureux, digne de Noël, qui intervient près de 60 ans trop tard... Elizabeth II a accordé mardi à titre posthume son pardon à Alan Turing, un des héros de la Seconde Guerre mondiale. Ce mathématicien, né en 1912, a en effet joué un rôle décisif en brisant Enigma, le code secret utilisé par les sous-marins allemands dans l'Atlantique. Sa découverte permit, selon certains historiens, de raccourcir la capacité de résistance du IIIe Reich de deux ans.

Malgré ce haut-fait, l'après-guerre est synonyme de souffrances pour le cryptologue, condamné en 1952, en raison de son homosexualité, pour outrage aux bonnes m½urs. Il choisit la castration chimique via des injections d'hormones féminines plutôt que la prison, mais perd...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 24 déc 2013 à 10:53

    Ça lui fait une belle jambe, maintenant. Comme quoi, quel changement en 60 ans. Passer de la condamnation au mariage pour tous... avec la même Reine.