58 coups de couteau dans une affaire de famille embrouillée

le
0
Les assises du Pas-de-Calais jugent le meurtre de Monique Lejeune, dont l'enchaînement des faits demeure imprécis.

Monique Lejeune, 53 ans, a été découverte sans vie, chez elle à Coulogne (Pas-de-Calais), le 8 février 2003. Elle avait été tuée la veille au soir avec une brutalité inouïe. Son corps était transpercé de 58 coups de couteau, dont 11 avaient perforé le thorax.

Le 17 mars suivant, les enquêteurs entendaient Béatrice Matis, 58 ans à l'époque, divorcée du mari de la victime, avec lequel elle avait eu cinq enfants. Elle affirmait que le soir des faits, elle se trouvait à son domicile. Rien ne permettait alors de mettre sa parole en doute. Mais voilà que dix jours plus tard, Mme Matis revient à la police et admet que le 7 février, elle a rencontré Monique Lejeune pour s'entendre avec elle sur les conditions d'une future réunion familiale. Mme Lejeune l'aurait quelque peu éconduite et, en la raccompagnant à sa porte, elle aurait glissé, se serait rattrapée machinalement au poignet de sa visiteuse, lui occasionnant une griffure assez profonde. De fait, un ADN a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant