50 tonnes de fruits et légumes vendues à bas prix jeudi en Ile-de-France

le , mis à jour à 16:45
17
50 tonnes de fruits et légumes vendues à bas prix jeudi en Ile-de-France
50 tonnes de fruits et légumes vendues à bas prix jeudi en Ile-de-France

Contrairement à leurs collègues éleveurs, les agriculteurs du Modef (Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux), un syndicat agricole proche du Parti communiste, ont choisi d'exprimer leur colère par le biais d'une opération séduction. Pour dénoncer la politique des prix de vente trop élevés de la distribution, ils iront vendre directement leurs produits à Paris et dans plusieurs villes de banlieue. Cela fait 9 ans que le Modef organise cette opération annuelle, qui devrait résonner un peu plus fort cette année, portée par la crise des éleveurs.

Deux-semi-remorques chargés de 50 tonnes de fruits et légumes du Lot-et-Garonne débarqueront dans la capitale jeudi prochain au matin. Tomates, melons, prunes, poires, pommes de terre, salades, haricots et nectarines seront vendus «au juste prix», à savoir «un prix qui permet de rémunérer l’agriculteur et de satisfaire le consommateur», selon Raymond Girardi secrétaire général du Modef.

Le kilo de tomates à 1,5 euro

«Nous allons vendre le kilo de tomates 1,5 euros. C'est ça le juste prix avec une part producteur de 70 centimes, 15 centimes pour le conditionnement et le transport, et la centrale d'achat qui l'achète 90 centimes devrait le revendre 1,5 euros. A 3 euros le kilo de tomates à Paris, c'est du racket», a-t-il expliqué.

La vente directe du producteur au consommateur est une manière d'alerter sur l'augmentation continue des prix de ce denrées dans les supermarchés. Selon le Raymond Girardi, cette augmentation a des conséquences dramatiques : «En 10 ans cette augmentation moyenne tous produits confondus est de plus de 30% alors que les prix moyens à la production ne bougent pas. Cela a pour conséquence dans la même période à faire disparaître 25% des producteurs». «Aujourd'hui, avec les éleveurs et les producteurs de lait, tout le monde agricole s'accorde à dire qu'il y a un problème sur les marges qui pénalisent les agriculteurs et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 16 aout 2015 à 15:58

    oups! "vend"

  • Berg690 le dimanche 16 aout 2015 à 15:57

    m1234592 en a gros sur la patate lui qui la vent si chère!LoL

  • wanda6 le dimanche 16 aout 2015 à 00:03

    kool21 : en Espagne on emploie les africains à 4 € / la journée !!! voudras-tu travailler pour gagner 120 € / mois ?

  • fortunos le dimanche 16 aout 2015 à 00:00

    felicitations a ces paysans du modef,qui au lieu de casser les edifices publics payés par les contribuables comme le font la FNSEA soutenue par la droite,vendent leurs produits au plus bas prix,pour en profiter le consommateur!!

  • fortunos le samedi 15 aout 2015 à 23:58

    felicitations a ces paysans du modef,qui au lieu de casser les edifices publics payés par les contribuables comme le font la FNSEA soutenue par la droite,vont leurs produits au plus bas prix!

  • T20 le samedi 15 aout 2015 à 21:21

    communiste et agriculteur: C'est DU MASOCHISME !

  • M2286010 le samedi 15 aout 2015 à 20:12

    Le Modef est...."proche du Parti Communiste" ... Le PCF existe donc encore! Le bilan est donc toujours globalement positif, comme le disait le brave Georges Marchais...Il est vrai qu'il suffit de voir Cuba, la Corée du Nord; etc...pour en être persuadé! Certaines personnes ont vraiment l'art de se voiler la face...

  • M2487190 le samedi 15 aout 2015 à 17:13

    Vente a Bas prix mais sans payer les taxes, comme au noir ....

  • M2487190 le samedi 15 aout 2015 à 17:09

    Ah bon, maintenant y a plus seulement les made in China sont de bas prix !!! dommage on n'exporte plus chez les Poutines... c'est comme Nos Mistral pour les russes.

  • lorant21 le samedi 15 aout 2015 à 16:45

    Ils devraient faire cela tous les jours, non? Ah zut, il y aurait les charges, les salaires, les locaux et les invendus à payer.