50 tonnes de fruits et légumes pour les Franciliens

le
2
Des agriculteurs du Lot-et-Garonne vendent, ce jeudi matin, en direct dans la capitale et dans 25 villes de banlieue des fruits et légumes pour dénoncer la stratégie des prix dans la grande distribution.

Officiellement à partir de 8h (mais officieusement entre 7h et 7h30) ce matin, les Parisiens et les banlieusards peuvent acheter leurs fruits et légumes frais en provenance directe du Lot-et-Garonne sans passer par l'intermédiaire des grandes surfaces. A cette occasion, près de 50 tonnes de produits maraîchers ont été acheminés dans la nuit dont 17 tonnes pour la capitale et le reste pour les 25 villes de la banlieue parisienne dont Bagneux, Bobigny, Champigny et Créteil. «Les agriculteurs vendent leurs fruits et légumes au juste prix» explique Raymond Girardi, secrétaire général du Modef, confédération syndicale agricole des exploitants familiaux. «Au lieu d'acheter son kilo de tomates à 3 euros en supermarchés, le consommateur pourra l'acheter pour 1,70 euro. Il en est de même pour le kilo de nectarine qui est proposé à 2,20 euros au lieu de 4 euros habituellement».

Le marché solidaire permet au Modef de «dénoncer les marges excessives des grandes enseignes». Pour que le producteur de tomate de Marmande gagne de l'argent, il faut qu'il vende son kilo de tomate à 75 centimes. Or, si d'autres pays le proposent aux grandes surfaces à 50 centimes, ils demandent au producteur de s'aligner. En cas de refus du producteur, l'enseigne opte pour le produit étranger. A travers cette action, leur objectif est d'inciter au maximum les agriculteurs à se regrouper afin d'organiser plus de ventes directes (du producteur au consommateur sans aucun autre intermédiaire) et se passer ainsi de la grande distribution.

Une véritable flambée des prix en raison du printemps maussade

Le Modef, organisateur de l'évènement, a d'ailleurs invité le ministre de l'Agriculture Stéphane le Foll à venir rencontrer et débattre avec les agriculteurs et les consommateurs sur l'un des points francilien de cette opération que le syndicat a mis en place depuis 1993. Cette opération intervient alors que les prix des fruits et légumes enregistrent une véritable flambée en raison du printemps maussade. Selon une étude de Familles rurales, le prix moyen des fruits a augmenté de 14% et de 17% pour les légumes par rapport à l'année dernière. Ainsi, le panier moyen (8 fruits et 8 légumes) varie entre 51,57 euros en hyper ou supermarché, et 55,24 euros au marché.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yvonnet2 le jeudi 22 aout 2013 à 11:45

    curieusement les tomates se vendent 1.20, dans le nord , donc si les agriculteurs vendent çà 2.20 c'est encore trop cher, un choux c'est un choux !

  • lorant21 le jeudi 22 aout 2013 à 09:33

    Ah ce serait bien de les voir tous les jours sur les marchés avec des fruits murs et pas chers. mais curieusement, ce ne sera pas le cas malgré qu'on se fasse des couil.. en or en vendant des fruits et légumes, c'est bien connnu.... démagogie, quand tu nous tiens..