50 permis charbonniers remis en cause en Inde

le
0

Le gouvernement indien envisage d'annuler 50 permis d'exploitation de mines de charbon, obtenus par des entreprises incapables de les mettre en valeur. Sept milliards de tonnes de charbon pouvaient être extraites des mines en question.

Cette situation fait suite à un audit de l'Autorité de contrôle des comptes publics, jugeant que l'ex ministre du charbon Manmohan Singh avait accordé entre 2005 et 2009 des permis d'exploitation minière sans appel d'offres à 25 industriels, en échange de pots-de-vin.

Sur la base de la différence entre le coût d'extraction du charbon chez Coal India, et le prix de vente de ce charbon (soit un gain de 295 roupies par tonne extraite), le manque à gagner pour l'Etat était de 27 milliards d'euros, a estimé le contrôleur général des comptes publics. Mais c'est un décompte indulgent. En effet, si l'on considère le coût d'importation de ce charbon au prix mondial, à 2.874 roupies la tonne, la facture est dix fois plus élevée.

Or dix-sept mines pour lesquelles la procédure administrative avait été accélérée en 2005 n'ont même pas été exploitées, correspondant à un potentiel en charbon thermique de 17.000 mégawatts, alors que le pays souffre d'un manque chronique d'électricité d'origine thermique.

Par ailleurs, une vingtaine de permis attribués à des énergéticiens « sans procédure » entre 1998 et 2003 pourraient également être remis en question, au motif qu'ils les auraient obtenu sans donner de garanties quant au prix de l'électricité fournie par leurs centrales alimentées au charbon.

L'audit public s'inscrit dans le cadre d'une analyse des retombées de la loi sur l'électricité passée en 2003, qui n'a pas permis de résoudre les pénuries récurrentes du pays.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant