50 milliards d'économies : vers un geste pour les petites retraites ?

le
1
Manuel Valls devrait faire des concessions pour s'assurer du soutien de sa majorité.
Manuel Valls devrait faire des concessions pour s'assurer du soutien de sa majorité.

À la veille de la présentation de la nouvelle trajectoire budgétaire française dans un "programme de stabilité", la majorité continue de monter au front pour obtenir une inflexion du plan d'économies de 50 milliards d'euros dévoilé par Manuel Valls mercredi dernier. Médusés d'avoir appris le gel des prestations sociales et des retraites, ainsi que du point d'indice des fonctionnaires, devant leur poste de télévision, une douzaine de parlementaires socialistes avaient tiré les premiers le 15 avril. Dans une lettre adressée au Premier ministre, ils demandaient la réduction de l'effort de 50 à 35 milliards d'euros afin de ne pas étouffer la demande des ménages. Une proposition radicale qui aurait impliqué de renoncer soit au pacte de responsabilité, soit à la réduction du déficit public que la France s'est engagée à tenir devant ses partenaires européens. Pour éviter cet écueil, deux parlementaires PS, Karine Berger et Yann Galut, ont élaboré pendant le week-end des assouplissements au plan du Premier ministre, qui respectent l'objectif de 50 milliards d'économies de dépenses de 2015 à 2017 fixé par François Hollande lui-même. Dévoilé par Le Monde, le travail des deux députés de la Commission des Finances énumère trois scénarios alternatifs à celui de l'exécutif. Le premier, le plus sobre, permet d'éviter le gel des prestations sociales et des retraites en s'appuyant sur le report des allègements de charges patronaux des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 22 avr 2014 à 18:23

    INCROYABLES ces TYPES du PS et Cie....: ils ont tapé sur le PETIT PEUPLE pendant 18mois, et maintenant ils CRAIGNENT !!!!!