5 fausses idées sur le Beaujolais Nouveau

le
2
L'affiche 2014 du Beaujolais Nouveau a été imaginé par l'artiste lillois Skwak all rights reserved
L'affiche 2014 du Beaujolais Nouveau a été imaginé par l'artiste lillois Skwak all rights reserved

(Relaxnews) - Du Japon jusqu'en France, il est le vin dont tout le monde parle le troisième jeudi de novembre (20 novembre), les oenophiles comme les moins expérimentés : le Beaujolais Nouveau. Pourtant, depuis de nombreuses années, le vin primeur fait les frais des mauvaises langues, qui ne peuvent s'empêcher de décrier sa qualité. Pour que chacun se fasse sa propre opinion, voici cinq idées reçues désormais rétablies sur le Beaujolais Nouveau. 

Il n'existe pas qu'un seul Beaujolais Nouveau

Parler de la sortie "du" Beaujolais Nouveau est en réalité une erreur de langage. Car il n'existe pas qu'un seul et unique vin, commercialisé le troisième jeudi du mois de novembre. Le Beaujolais Nouveau regroupe deux appellations d'origine contrôlée, à savoir le Beaujolais et le Beaujolais Villages. Le Beaujolais Nouveau existe même en rosé.

Le Beaujolais ne produit pas que du Beaujolais Nouveau

Il serait très réducteur de croire que le vignoble se concentre sur la production de ce vin jeune. Les oenophiles peuvent évidemment déguster toute l'année les nectars du Beaujolais, qui sait aussi élaborer des vins de garde. Le vignoble, qui s'étend au total sur 16.572 hectares, comprend dix crus, dont les célèbres Saint-Amour, Juliénas, Morgon, Brouilly et Chiroubles. 

Le Beaujolais Nouveau propose différents goûts

La palette aromatique du Beaujolais Nouveau ne se réserve pas qu'aux notes de banane ou de fraise, que tant de consommateurs décrivent. Le vin primeur est produit sur plus de 10.000 hectares de vignes, par des producteurs différents. Le nectar puise donc ses caractéristiques dans chacun des terroirs. Les vignerons font aussi des choix de vinification, ce qui apporte une touche personnelle au vin. 

Le Beaujolais Nouveau ne se réserve pas qu'à la consommation immédiate

Le vin primeur n'est bien sûr pas un vin de garde, mais pour autant les consommateurs peuvent tout à fait faire du stock pour le servir lors des prochaines fêtes de fin d'année. Ceux qui accepteront de se défaire des idées reçues pourront même le déguster au printemps. Sachez simplement qu'il ne faut pas attendre plus de six mois pour le boire. 

Le Beaujolais Nouveau ne se déguste pas qu'à l'apéritif

Tradition et lancement en grandes pompes ont scellé le service du vin primeur au moment de l'apéritif. Pourtant, le Beaujolais Nouveau peut tout à fait accompagner un repas. Il suffit d'opter pour des mets de la région dont il est originaire : pensez aux spécialités lyonnaises, à la charcuterie, sinon aux produits régionaux tels que le poulet de Bresse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5671931 le mercredi 29 oct 2014 à 11:19

    Et c'est quand même franchement pas bon...

  • M4062963 le mardi 28 oct 2014 à 19:13

    hips hips.... promo beaujolais