4G: la guerre des prix risque-t-elle de mettre en danger le secteur?

le
0
4G: la guerre des prix risque-t-elle de mettre en danger le secteur?
4G: la guerre des prix risque-t-elle de mettre en danger le secteur?

La guerre des prix sur la téléphonie mobile 4G qui a animé le marché des télécoms depuis dix jours pourrait maintenant s'étendre aux offres fixes des opérateurs, jusqu'ici relativement épargnées, faisant craindre une mise en danger de l'investissement et de l'emploi dans le secteur. Le patron d'Iliad, Xavier Niel, qui a déclenché dès le début 2012 une première guerre des prix du mobile en proposant à son arrivée sur le marché des tarifs particulièrement bas pour la téléphonie mobile 2G et 3G, a relancé les hostilités début décembre en proposant la 4G au prix de la 3G, obligeant ses concurrents à lui emboîter le pas.Cela a notamment été un rude coup pour Bouygues Telecom qui a fortement investi pour bénéficier au mieux de l'autorisation qui lui a été donnée de pouvoir utiliser pour la 4G la fréquence 1.800 MHz pour laquelle il possédait déjà une infrastructure. Cela lui a permis d'ouvrir commercialement son réseau avec un avantage concurrentiel en termes de couverture de la population.La riposte du PDG du groupe Bouygues, Martin Bouygues, a donc été sanglante. Il a indiqué jeudi au quotidien le Figaro qu'il allait "déclarer la guerre dans l'internet fixe" en cassant les prix pour réduire les marges de son concurrent Xavier Niel."Dans l'Internet fixe, la fête est finie. Nous allons faire faire 150 euros d'économie par an aux abonnés du fixe qui choisiront ce service, ce qui fait une économie de 12,5 euros par mois. Qui dit mieux? Que Xavier Niel fasse la même chose s'il en est capable!" a déclaré M. Bouygues.Bouygues Telecom "ne dispose pas d'une part de marché très importante sur le fixe aujourd'hui", rappelle Adrien Bourreau, expert dans le secteur télécom chez Kurt Salmon. "C'est le Petit Poucet sur le fixe, et c'est pour cette raison qu'il peut se permettre de menacer de casser les prix", estime-t-il. Surenchère inquiétante "Cette déclaration est une très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant