49-3 pour la loi Macron : «Pas un acte d'autorité», se défend Valls

le , mis à jour à 15:41
0
49-3 pour la loi Macron : «Pas un acte d'autorité», se défend Valls
49-3 pour la loi Macron : «Pas un acte d'autorité», se défend Valls

Quelques heures avant d'engager la responsabilité du gouvernement sur le projet de loi Macron, ce mardi, Manuel Valls a rencontré à  l'Assemblée nationale les élus du groupe socialiste. Il a eu un avant-goût des critiques qu'il risque d'affronter lorsqu'il s'exprimera, à 17 heures, dans l'hémicycle. Lors de cette réunion houleuse, le Premier ministre a mis en garde les députés PS : «Pouvons-nous nous permettre, du fait de quelques-uns, dix jours de tranchées ici à l'Assemblée, devant le pays ?»

S'exprimant ensuite devant la presse, le Premier ministre a développé ses arguments en faveur de l'utilisation de l'article 49-3 pour faire adopter ce texte. «La loi Macron va libérer davantage notre économie, donner un coup de jeune à nos entreprises. C'est la raison pour laquelle il faut qu'elle s'applique vite. C'est la raison pour laquelle j'engagerai l'article 49-3 de la Constitution, j'engagerai ma responsabilité comme je l'avais déjà fait sur ce texte. Ce n'est pas un acte d'autorité, c'est un acte d'efficacité pour l'économie et pour les entreprises françaises. Il faut aller vite, il faut réformer, c'est ce qu'attendent les Français, et moi je suis à l'écoute et à l'attente de mes compatriotes».

VIDEO. Recours au 49.3: «Pas un acte d'autorité, un acte d'efficacité», estime Valls

«Il n'y a jamais eu une si grande coproduction législative sur un texte», a-t-il poursuivi. «Il n'y a jamais eu autant de débats à l'Assemblée, au Sénat, dans les commissions spéciales. Plus de 2.000 amendements ont été adoptés. Nous connaissons tous les paramètres de ce débat. Ce que les Français demandent, c'est de l'efficacité», s'est encore félicité le Premier ministre. Et de marteler : «Nous utilisons les armes de la Ve République. Il n'y a pas de surprise, pas d'étonnement et la démocratie est pleinement respectée».

Manuel Valls a balayé l'objection selon laquelle le gouvernement passerait en force parce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant