48 heures dans la gueule des Lionceaux

le
0
48 heures dans la gueule des Lionceaux
48 heures dans la gueule des Lionceaux

C'est un jour pour l'histoire. Le 12 mai 2007, dans la nuit de Saint-Denis, Sochaux remportait un doublé Gambardella-Coupe de France historique. Une première dans un même stade avant une fête délirante au bout des Champs-Élysées. Carnet de route entre les poils.

Le contexte




C'est la fin de la moustache. Celle du druide Guy Lacombe. Avec lui, Sochaux a touché ses sommets, porté par une génération dorée (Pedretti, Oruma, Frau, Monsoreau, Pagis, Santos). Mais il fallait que la page se déchire malgré la copie rendue entre 2002 et 2005. Pendant cette période, les Lionceaux du président Plessis ont gratté les places d'honneur en championnat (5e en 2002-03 et 2003-04, 10e en 2004-05) mais ont surtout grimpé au Stade de France deux fois, en Coupe de la Ligue. Après une saison de transition dans les bras de Dominique Bijotat, Sochaux veut se reconstruire. La mission est confiée à Alain Perrin autour d'un effectif expérimenté : Le Tallec, Pichot, Ziani, Leroy et Bréchet. "Le groupe vivait bien, vraiment bien, pose l'intendant du club, Freddy Vandekerkhove. Au mois de décembre, l'équipe était treizième de Ligue 1." La deuxième partie de saison sera bien meilleure et Sochaux termine le printemps à la septième place avec deux petites claques, à Marseille (2-4) et à Nancy (2-5). Reste que l'important est ailleurs. C'est l'histoire d'une épopée unique, celle d'un groupe d'hommes et de gamins. Elle s'est terminée à Saint-Denis, au Stade de France, le 12 mai 2007 en finale de la Coupe de France. Freddy Vandekerkhove : "Le président Plessis est quelqu'un d'optimiste. Après la finale de 2003 contre Monaco (1-4), on avait tous la gueule au fond du trou. Lui, non. Et il nous a dit : 'Je vous promets qu'on reviendra l'année prochaine pour la gagner'. C'est ce qu'il s'est passé, contre Nantes. Il sentait aussi qu'on pouvait faire un truc en Coupe de France. Il nous a guidé vers le haut." On s'enfonce dans son fauteuil, on prend la télécommande et on rembobine.

Vendredi 11 mai 2007


16h00, Stade de France - Après s'être entraîné la veille sur un terrain à côté de Paris, le groupe d'Alain Perrin découvre le Stade de France pour une séance sur la pelouse de Saint-Denis. Dans les tribunes, un autre groupe se masse : celui des moins de 19 ans, entraîné par Éric Hély, qui se prépare à affronter l'AJ Auxerre en finale de la Coupe Gambardella, le lendemain, à 17 heures. "Une chance…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant