47 salariés sans salaire et interdits de recherche d'emploi

le , mis à jour à 08:46
1
47 salariés sans salaire et interdits de recherche d'emploi
47 salariés sans salaire et interdits de recherche d'emploi

Une semaine de plus à passer dans l'incertitude... et sans argent. Jeudi, les 47 salariés de Gasst (ex-Dia) n'ont pas obtenu du tribunal de commerce de Paris la liquidation judiciaire de leur entreprise. Ils sont toujours dans une situation invraisemblable : salariés sans aucun salaire depuis juillet et n'ayant pas le droit de chercher un travail ailleurs ni de s'inscrire au chômage !

 

Comment en sont-ils arrivés là ? Il faut remonter à fin 2014. Carrefour rachète alors 812 magasins Dia en France. Comme toute opération, celle-ci passe devant la Haute Autorité de la concurrence qui la valide sous réserve que 56 magasins soient vendus dans les zones où le groupe est déjà trop présent. Parmi ces magasins, huit situés à Marseille, Lyon, Paris et dans le Nord sont cédés à Gasst, un groupe polonais qui explique vouloir lancer une nouvelle enseigne en France, Okey, spécialisée dans les produits frais. La vente est officialisée en mai, les magasins ferment pour travaux, mais en juillet, les salaires ne tombent plus. Les employés s'inquiètent. Est-ce un problème provisoire de rapatriement des fonds, comme on leur explique ? Finalement, épaulés par Force ouvrière, ils vont en justice.

 

Le 15 septembre, le tribunal de commerce prononce le redressement judiciaire et accorde à Gasst trois semaines pour apporter des garanties suffisantes. Mais tant que la société n'est pas placée en liquidation, les salariés restent liés à l'entreprise. Hier, un nouveau renvoi a été décidé. Mais pas pour la même raison. « Les juges ont demandé à Carrefour de s'engager à la reprise des 47 salariés à l'issue de l'éventuelle liquidation judiciaire, explique Cyril Boulay, délégué central FO. Les juges ont misé sur la pérennité de l'emploi, mais c'est encore une semaine de perdue pendant laquelle les salariés n'ont rien pour remplir le frigo. »

 

« Cette décision est incompréhensible », estiment Caroline, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 6 mois

    Les salariés sont des pions.