40 000 ¤ de frais de taxis : la patronne de l'INA reconnaît une «maladresse»

le
21
40 000 € de frais de taxis : la patronne de l'INA reconnaît une «maladresse»
40 000 € de frais de taxis : la patronne de l'INA reconnaît une «maladresse»

Cette note de taxis de 40 915 € en dix mois, Agnès Saal, la présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), pourrait bien la regretter. Révélée dimanche par «Le Figaro», elle a fait l'objet d'un courrier envoyé par un corbeau aux administrateurs de l'INA à la veille du conseil d'administration du 23 avril. La patronne de cette entité de l'audiovisuel public a donc donné des explications.

«En tant que PDG de l'INA, j'ai une voiture de service avec chauffeur à disposition, a-t-elle précisé dans des propos relayés par «Le Figaro». Mais, comme je ne peux pas le faire travailler 12 à 15 heures par jour ni les week-ends, j'ai également un abonnement aux taxis G7 car je n'ai pas de permis de conduire. Ce dispositif avait déjà existé avant mon arrivée et je l'ai repris.» En mai 2014, Agnès Saal a succédé à Mathieu Gallet, devenu patron de Radio France. Ce dernier, embarrassé par une série de révélations sur les coûts de rénovation de son bureau et sur l'embauche d'un conseiller en communication, vient d'être blanchi par l'Inspection générale des finances.

Agnès Saal a ensuite reconnu une faute. Sur les 40 915 €, 6 700 € sont imputés son fils. Elle lui a communiqué son code de réservation. «C'est une maladresse, j'en reconnais la responsabilité et j'ai immédiatement remboursé ces frais», a-t-elle assuré.

Elle assure n'avoir pas refait son bureau

Sur les 7800 € de taxis facturés le week-end, il lui reste à déterminer ce qui est privé ou professionnel. «Je suis en train de faire le décompte. Ce n'est pas évident de savoir si une course de taxi pour un événement dans lequel je représente l'INA est professionnel ou personnel», a-t-elle déclaré. «Mais j'estime que l'usage professionnel du taxi pendant les week-end représente environ un tiers ou un quart de la facture», a-t-elle ajouté. D'après «Le Figaro», elle s'est engagée à rembourser les deux tiers ou trois quarts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gjack le lundi 27 avr 2015 à 16:42

    Je garde la formule pour le fisc ou lors d'un contrôle pour excès de vitesse : Allons messieurs, il doit s'agir d'une maladresse ....

  • vmcfb le lundi 27 avr 2015 à 15:16

    Il faut donner à la Cour des Comptes la possibilités d'engager des poursuites judiciaires.. les excuses et le remboursement ne suffisent pas!

  • M7097610 le lundi 27 avr 2015 à 15:09

    non madame, c'est un délit.

  • mqsd le lundi 27 avr 2015 à 14:19

    et le pass Navigo c'est pour les sans dents?

  • M9859476 le lundi 27 avr 2015 à 14:16

    Honteux...et tout cela avec l'argent de nos impôts ! Dans le privé, ce serait un licenciement immédiat avec poursuites judiciaires. J'attends avec impatience de connaître la réaction officielle de nos gouvernants, si réaction il y a !

  • pbenard6 le lundi 27 avr 2015 à 13:59

    celui qui l'a nommée doit la dégommer

  • M7749085 le lundi 27 avr 2015 à 13:51

    Et ce n'est qu'une goutte d'eau...dans l’océan qu'est le gaspillage de fonds public

  • M7749085 le lundi 27 avr 2015 à 13:50

    Elle a pas le permis?? Envoyez un CV et dites que vous avez pas le permis, vous verrez si on daigne vous répondre...

  • oban07 le lundi 27 avr 2015 à 13:41

    Agnès Saal n'est pas très PROPRE

  • paspil le lundi 27 avr 2015 à 13:37

    et pour le restaurant le midi ... j'aimerais bien savoir qui paye l'addition ...