39 millions de déficit pour les clubs de L1 et L2

le
0
39 millions de déficit pour les clubs de L1 et L2
39 millions de déficit pour les clubs de L1 et L2

Comme chaque année, la DNCG, gendarme financier des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, a publié son rapport sur la santé économique du football français. Et comme depuis quatre années maintenant, le résultat net cumulé des 40 clubs présente un déficit. Si elle a diminué, en passant à 39 millions d'euros contre 65M? en 2011-12, cette perte ne peut masquer les difficultés rencontrées par les clubs français depuis plusieurs années. Les raisons sont toutes trouvées pour Frédéric Thiriez. « Il s'agit bien sûr des effets de la crise économique mais pas seulement, précise le président de la LFP. La suppression du Droit à l'Image Collective coûte 50 millions d'euros chaque année et le niveau des charges sociales est plus élevé en France qu'ailleurs en Europe. Alors que la plupart de nos clubs ont déjà réduit leurs dépenses à l'extrême, l'impact de la taxe à 75%, évalué à 44 millions d'euros pour chacune des deux saisons à venir, assombrit les perspectives. »

Montpellier, la locomotive

Individuellement parlant, quelques clubs permettent tout de même au football français de ne pas sombrer dans la sinistrose. On peut notamment évoquer les résultats positifs de Bastia (+777 000?), Valenciennes (+896 000?), Saint-Etienne (+1 012 000?), Sochaux (+1 316 000?), Toulouse (1 552 000?), Lorient (+2 677 000?), Reims (+3 388 000?) et surtout Montpellier (+ 9 718 000?). Le champion de France 2012 surfe encore sur la vague de son succès surprise. Le MHSC a engrangé des recettes non négligeables lors de sa participation à la Ligue des Champions et surtout grâce aux départs d'Olivier Giroud (Arsenal), Younès Belhanda (Dynamo Kiev), Henri Bédimo (Lyon) et Mapou Yanga-Mbiwa (Newcastle). Une manne financière qui permet aujourd'hui au club de Louis Nicollin d'afficher une belle santé financière.

Lyon, le mauvais élève

Ce qui n'est pas le cas de l'Olympique Lyonnais, bonnet d'âne de notre championnat. Avec plus de 19 millions de perte, les Gones participent à hauteur de 50% au déficit global des clubs français. On remarquera tout de même les efforts du club de Jean-Michel Aulas qui affichait un déficit de 28 M? la saison précédente. Autre club en difficulté : les Girondins de Bordeaux, avec un résultat net négatif de plus de sept millions d'euros. C'est tout de même deux fois moins qu'en 2011-12. Enfin, du côté des cadors du championnat, le PSG est passé de 5 451 000? à 3 509 000? de déficit. Une balance qui devrait à nouveau s'éclaircir avec les retombées de la participation en Ligue des Champions et le nouveau titre de champion de France qui tend les bras au club parisien. A Marseille, les efforts financiers ont été remarquables puisque le club présidé par Vincent Labrune affiche un résultat net à l'équilibre. Comparé aux plus de huit millions de déficit l'an passé?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant