35 heures : Valls embarrasse le PS et réjouit l'UMP

le
0
RÉACTIONS - En proposant de «déverrouiller» la réforme du temps de travail, portée par Martine Aubry, le maire d'Evry s'est attiré les foudres de certains de ses camarades socialistes. Ironique, la majorité lui ouvre ses portes

Un véritable coup de pied dans la fourmilière. En relançant la controverse sur la semaine de travail de 35 heures, Manuel Valls, candidat aux primaires socialistes a voulu se démarquer de ses adversaires. Mais en proposant de «déverrouiller» une réforme symbolique de l'ère Jospin, imaginée par Dominique Strauss-Kahn puis portée par Martine Aubry, le député-maire d'Evry s'est aussi attiré les foudres de ses camarades socialistes.

L'un des premiers à dégainer a été Benoît Hamon : sur France Info, lundi matin, le porte-parole du PS a estimé que la remise en cause des 35 heures était «une mauvaise intuition politique» et a invité Manuel Valls à «revenir dans le droit chemin». Selon lui, de tels propos sont «très approximatifs sur le plan économique» et «révèlent une méconnaissance de la réalité de l'organisation du travail aujourd'hui». Benoît Hamon a estimé que le député de l'Essonne «est sur cette position probablement tout seul» au PS et a ajou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant