35 heures : les Français favorables à un assouplissement du temps de travail

le , mis à jour à 08:54
12
35 heures : les Français favorables à un assouplissement du temps de travail
35 heures : les Français favorables à un assouplissement du temps de travail

Selon deux sondages, les Français se prononcent majoritairement pour une réforme du travail qui assouplirait les rapports entre salariés et entreprises, un souhait des entreprises que le gouvernement essaie maladroitement de présenter à son camp. 71% des Français se disent « tout à fait » ou « plutôt » prêts à ce que les entreprises fixent la durée du temps de travail au moyen d'accords avec les salariés, relève le baromètre du CSA pour Les Échos et Radio classique (1) qui paraît ce vendredi. Et les amitiés partisanes n'y changent rien : 61% des sympathisants de gauche sont pour, comme 83% de ceux qui votent à droite. Surtout, 67% des salariés du privé estiment qu'il faut lancer cette réforme.

Ce baromètre confirme l'enquête réalisée par Odoxa pour BFM business et Challenges, publiée jeudi (2), selon laquelle 75% des personnes interrogées se déclarent favorables à « une réforme du code du travail » et 64% à « la création d'un contrat de travail plus flexible ». Ils jugent à 57% que rendre plus flexible le contrat de travail faciliterait la création d'emplois.

La semaine dernière, Manuel Valls avait recadré Emmanuel Macron après que ce dernier avait estimé que les 35 heures étaient l'une des «fausses bonnes idées» de la gauche. Peut-être la fausse bonne idée du ministre de l’Économie avait-elle été de tenir ces propos devant le Medef la veille de l'ouverture de l'université d'été du PS, à La Rochelle, où il a d'ailleurs été sifflé par contumace.

Si les partis politiques de gauche se disent opposés à une réforme supplémentaire du temps de travail, même 53% des sympathisants écologistes et 49% de ceux du Front de Gauche se rangent désormais à cette évolution. « Mais il faut que de soir avec l'accord des salariés. Toutes les personnes interrogées ne mesurent peut-être pas concrètement quelles seraient les conséquences dans leur cas particulier », affirme au quotidien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1263659 le vendredi 4 sept 2015 à 21:10

    Je ne connais personne autour de moi sur 1800 personnes, que je côtoie, prête à travailler plus... pour gagner ...que dalle!puisqu'ils ont inventé les heures complémentaires_ non majorées bien sûr!!!C'est juste pour faire avaler la pilule à venir !

  • M8252219 le vendredi 4 sept 2015 à 11:46

    À part les con/gelés socialistes les français voient très bien l'impasse dans laquelle nous mène ce gouvernement

  • lechypre le vendredi 4 sept 2015 à 10:49

    travaillez plus pour gagner moins, voila ce que va nous pondre notre gouvernement de droite avec le Medef comme mécène

  • frk987 le vendredi 4 sept 2015 à 10:20

    Suite : la seule règle est un maxi à fixer à 60 heures......

  • frk987 le vendredi 4 sept 2015 à 10:19

    La question ne se pose pas en ces termes : tout salarié devrait avoir un contrat de travail spécifiant les horaires, il signe ou refuse. Ce n'est pas à l'Etat à fixer ces problèmes.

  • jean.e1 le vendredi 4 sept 2015 à 10:16

    il faut instaurer la semaine de 4 jours

  • M4314275 le vendredi 4 sept 2015 à 09:53

    Beaucoup de français étaient déjà contre lorsque la loi a été votée. Certains n'hésitaient pas à dire qu'on voulait les faire travailler cinq heures de plus.

  • M1945416 le vendredi 4 sept 2015 à 09:40

    ah j'oubliais, on travaille déjà une journée sans être payé (journée de solidarité) ...

  • M1945416 le vendredi 4 sept 2015 à 09:39

    d'abord ils ont supprimer un jour férié, puis le dimanche de libre , après ce sera les 35h( qui sont payé 35 vu les contreparties depuis longtemps) , puis une semaine de vacances … on va finir comme les chinois surtout qu'on a des "invités" qui arrivent par milliers , moins disants ...

  • M467862 le vendredi 4 sept 2015 à 09:38

    Même réaction que dupon, enquête réalisée auprès des retraités ? C'est du lavage de cerveau. La question la plus simple à poser :1) êtes vous d'accord pour travailler 39 h pour être payé 35 heures. 2) êtes vous d'accord pour que votre employeur vous licencie si il le désire. Juste 2 questions pour vraiment avoir la bonne réponse