35 heures : Emmanuel Macron n'a «jamais parlé de remise en cause»

le
11
35 heures : Emmanuel Macron n'a «jamais parlé de remise en cause»
35 heures : Emmanuel Macron n'a «jamais parlé de remise en cause»

Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, successeur d'Arnaud Montebourg, précise sa pensée sur les 35 heures. Alors qu'il s'était prononcé quelques jours avant sa nomination en faveur de dérogations à la loi sur la durée du travail hebdomadaire, il estime, ce mardi, n'avoir «jamais parlé de remise en cause des 35 heures. Ce n'est pas le ministre de l'économie que je veux être». Il ajoute toutefois que, quand c'est adapté, les 35 heures «sont une bonne chose. Dans d'autres secteurs, les 35 heures ne semblent pas adaptées».

En visite ce mardi dans l'une des plus importantes Scop (société coopérative et participative), dans la Manche, pour son premier déplacement ministériel, le ministre a également donné sa vision de l'entreprise. «L'entreprise, ce n'est pas un lieu de conflit, c'est un lieu de production ensemble», a-t-il dit, avant de saluer le principe de l'économie sociale et solidaire, qui «est aussi une forme de l'entreprise», selon ses propos rapportés par BFMTV. 

«L'entreprise est le c½ur de notre économie»

Dans une interview au quotidien «Ouest France» de ce mardi, Emmanuel Macron explique attendre de ces mêmes entreprises qu'elles montrent leur engagement en faveur de l'emploi, comme le gouvernement a su le faire. «Le gouvernement a montré son engagement à travers le CICE (NDLR : le Crédit d'impôt compétitivité emploi), le pacte de responsabilité et de solidarité. J'attends qu'il en soit de même pour les entreprises», affirme-t-il.

«L'entreprise est le c½ur de notre économie, c'est elle qui emploie, exporte, innove. Et la Scop illustre très bien l'idée que je me fais de l'entreprise : une collectivité humaine qui est aussi la propriété de ceux qui la font», précise le ministre. «Il y a une polémique sur les dividendes suite au CICE. Je m'impliquerai personnellement pour que les entreprises clarifient ce point», ajoute-t-il.

«Etre davantage du côté du risque que de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpoche le mardi 2 sept 2014 à 16:36

    bon bin comme ça on est sûr, c'est bien un socialo...

  • M7812335 le mardi 2 sept 2014 à 15:11

    déjà, après une semaine, il se dédit, pas plus crédible que les autres et aussi menteur, le mensonge l'ADN du gouvernement, Hollande en tête.

  • cavalair le mardi 2 sept 2014 à 15:04

    Excellent politicien qui sans jamais avoir fait de la politique a un avenir certain. Il dit quelque chose, nit l'avoir dit et dit le contraire. Bravo l'artiste

  • M3435004 le mardi 2 sept 2014 à 14:57

    Menteur, comme les autres.

  • M8252219 le mardi 2 sept 2014 à 13:24

    Depuis deux ans et demi beaucoup soit une très large majorité des français se sont convaincus du contraire.A voir les indécisions qui ont été prises!!!!!! pas de problème à gauche pour le tango argentin, DEUX PAS EN AVANT , DEUX SUR LE COTÉ ET TROIS EN ARRIÈRE

  • M6197799 le mardi 2 sept 2014 à 12:23

    si c'est vrai, c'est un scoop !

  • M4189758 le mardi 2 sept 2014 à 11:25

    JPi - Etre de gauche et avoir du bon sens ? Alors pourquoi avoir reproduit 1981 à 1983?

  • M4358281 le mardi 2 sept 2014 à 11:09

    il y a aussi des poissons volants comme dirait Jean Gabin .. mais c'est loin d'être lamajorité du genre

  • tropfort le mardi 2 sept 2014 à 11:07

    OK, alors : ECONOMIES

  • M9244933 le mardi 2 sept 2014 à 11:04

    S'il pouvait inculquer cet excellent principe à son grand chef, je le propose pour le Prix Nobel d'Economie.