35 heures : ce que veut vraiment changer Emmanuel Macron

le
85
Depuis son arrivée à Bercy, le ministre de l'Économie pousse régulièrement ses pions sur le sujet.
Depuis son arrivée à Bercy, le ministre de l'Économie pousse régulièrement ses pions sur le sujet.

Emmanuel Macron continue de jouer sa petite musique sur les 35 heures. Depuis son interview exclusive au Point , juste avant sa nomination au ministère de l'Économie fin août, sa position n'a en fait jamais varié. L'ancien banquier prépare les esprits, y compris dans son propre camp, à un nouvel assouplissement sur le temps de travail. Jeudi 20 novembre, le successeur d'Arnaud Montebourg à Bercy a saisi l'occasion rêvée d'en remettre une couche lors de son audition, de bon matin, devant la Commission d'enquête sur l'impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du temps de travail. Habile, le ministre a d'abord défendu l'instauration des 35 heures pendant une vingtaine de minutes, selon des journalistes présents. Avant de lâcher : "On peut défendre les 35 heures, et pour ma part je les défends, sans pour autant les mettre sur un piédestal." Puis d'expliquer, quelques minutes plus tard, que "le cadre légal des 35 heures n'est pas suffisant, car les salariés, comme les entreprises, ont besoin de plus de souplesse. Finalement, qui serions-nous pour dire à quelqu'un qui le souhaite, qui a besoin de travailler plus que 35 heures par semaine, que c'est impossible ?"Dans certaines entreprises, "les 35 heures ne semblent pas adaptées" Des propos qui font écho à ceux tenus lors de son premier déplacement de ministre, le 2 septembre dans la Manche : "Je ne pense pas qu'il faille aujourd'hui déroger de manière...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:03

    Autrement dit…quand vs marchez dans la rue, allez au cinéma/théâtre/ manifestations diverses, transports publics etc…vous comptez : 1 – 2 et 3…plouf 1 fonc/ assimilé…et encore : 1 – 2 et 3…plouf, un autre …et ainsi de suite !....C’est absolument TERRIFIANT et HALLUCINANT !!!...Comment voulez-vous que la France se remette à flot, avec ce cancer généralisé, et entretenu par nos Elites Mafieuses ???... Lire aussi Dette : les chiffres qui tuent

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:02

    L'Insee, compte 23,8 millions de salariés au 31/12 2013... les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères mafieuses officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais tellement moins et mieux que 1 sur 3 !!!

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:02

    Ils ne sont recensés dans aucune étude et, à notre connaissance, aucun "rapport" ne les analyse ; le vrai chiffre tourne autour du million et plutôt plus que moins, nous allons rester dans le bas de la fourchette et retenir le chiffre de 800 000, ce qui nous conduit à un total général de 7 millions de salariés, vrais et faux fonctionnaires, tous payés par des fonds publics, c'est-à-dire par les contribuables corvéables !...

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:01

    Il existe une autre catégorie de sous-foncs, rémunérée par des fonds publics, soit 700 000 à 1 million de citoyens, employés par des "organismes privés à financement public dominant" (selon la formule du rapport), qui sont dans l'enseignement privé, la santé, la protection sociale, les associations, tous dépendants de l'État ou des collectivités locales, « organismes privés chargés d'une mission de service public", associations subventionnées, souvent à fonds perdus, par nos collectivités locale

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:01

    Ils sont à la SNCF, la RATP, La Poste, à la Banque de France, Airbus, Areva ou à France Télévision. Ces fonctionnaires déguisés ne changeraient pour rien au monde, car ils échappent aux inconvénients de la fonction publique, comme l'obligation de mutations antipathiques. Ces super privilégiés, non-fonctionnaires, mais payés par des fonds publics, sont environ 700 000, selon ce "rapport annuel", ce qui, ajouté à nos 5,5 millions, fait déjà un total (provisoire) de 6,2 millions.

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:01

    Sauf que ces chiffres ne tiennent pas compte des faux fonctionnaires, des ersatz de fonctionnaires, des simili-fonctionnaires, des nombreux régiments de salariés qui sont payés avec de l'argent public et qui sont, au bas mot, 1,5 million à dépendre des contribuables. Ils n'ont pas le statut de la fonction publique mais bénéficient souvent des mêmes avantages et parfois de qqs autres en plus, en particulier de régimes spéciaux en or massif.

  • mlaure13 le dimanche 23 nov 2014 à 00:00

    Fonctionnaires: les chiffres qui tuent…deux façons d'étudier ce monde: L'officielle et l'autre, consistant à ajouter les salariés payés par les services publics, aux 5,5 millions de fonctionnaires : 2,44 dans la fonction publique d'État, 1,91 dans la territoriale et 1,15 dans l'hospitalière, derniers chiffres connus de l'Insee à la date du 31 décembre 2012, chiffres confirmés par le "rapport annuel sur l'état de la fonction publique" dans l'édition 2014.

  • M5850553 le samedi 22 nov 2014 à 18:36

    a coté de çà le problème des fonctionnaires est secondaire!!!je dis bien secondaire!!!!et faut savoir de " quels fonctionnaires" on parle!!!!!!!!

  • M5850553 le samedi 22 nov 2014 à 18:34

    Mestrallet va toucher 60 000 euros /mois!!!!!+ retraite chapeau (provision de 21 millions d'euros de GDF SUEZ!!!!!)...on se moque de qui????

  • M5850553 le samedi 22 nov 2014 à 18:32

    tant qu'on n'aura pas réglé le problème des retraites chapeau!!!!!!!!.....pourquoi bosser alors que certains se gavent....injustement!!!