35.000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011

le
41
35.000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011
35.000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011

Plus de 35 000 foyers fiscaux ont quitté la France en 2011. Alors que le nombre de contribuables partis de l'Hexagone était resté relativement stable entre 2007 et 2009, avant de baisser en 2010, l'année 2011 aura été marquée, à la veille de l'élection présidentielle et dans un environnement de crise, par une augmentation spectaculaire des personnes qui ont fait leurs valises pour quitter la France. Un bond de 62 % en un an ! Cet indicateur mis au point par le sénateur UMP Philippe Marini, sur la base de chiffres de l'administration fiscale, porte sur les foyers fiscaux assujettis à l'impôt sur le revenu et non plus seulement sur l'impôt de solidarité sur la fortune.

Ce phénomène d'expatriation est loin de concerner les seuls très haut revenus. «40% des partants ont moins de 30 ans, alors qu'ils représentent 17% des redevables», explique-t-il. Leur objectif est avant tout professionnel avec de meilleurs perspectives de carrière. Les destinations favorites : les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

«La France est perçue comme un pays figé, qui a de la peine à faire ses réformes, qui n'incite pas au dynamisme, qui comporte des dispositifs d'assistanat très lourds, donc des niveaux de charges publiques très lourds (et) qui, par conséquent, sera amené à solliciter des prélèvements obligatoires élevés», explique le sénateur et président de la Commission des Finances du Sénat.

A l'inverse, les détenteurs de revenus fonciers et de capitaux mobiliers importants, eux, «préfèrent logiquement la Suisse ou la Belgique, plus attractifs fiscalement». ««Il n'y a pas de surprise, la suppression du bouclier fiscal et la perspective de l'alternance socialiste ont joué sur les situations individuelles», décrypte Philippe Marini, ajoutant que, parmi ceux qui se sont expatriés en 2011, 2 024 ont des revenus annuels supérieurs à 100 000 euros contre 1 101 en 2007 et 251 supérieurs à 300 000 euros contre 137 en 2007.

Reste un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5859377 le jeudi 24 oct 2013 à 13:19

    bof 35000 c'est peanuts: et on ne connait pas les retours... que des jeunes partent à l'étranger voir du pays apprendre une langue étrangère une autre culture ou est le pb: qu'un jeune parte à londres en tant que célibataire c'est compréhensible: qd il aura des gosses il rappliquera vite fait devant le cout du logement et de l"éducation: j'ai plein de copains ds ce cas là

  • knbskin le jeudi 24 oct 2013 à 13:01

    Disons que le gouvernement actuel bat tous les records, mais de peu ... :-D

  • knbskin le jeudi 24 oct 2013 à 13:01

    Exact, M5859377 (Bonjour !) ... Comme je le répète souvent, ça fait plus de 30 ans que les gouvernements successifs augmentent impôts et dette pour donner de l'argent à de plus en plus d'inactifs, d'inutiles, et aujourd'hui en plus, d'illettrés inemployables, le gouvernement Sarkozy comme les autres ! :)

  • M5859377 le jeudi 24 oct 2013 à 12:56

    en 2011: sous sarko donc

  • knbskin le jeudi 24 oct 2013 à 10:11

    .../... Mais rusti13 a raison sur un point : avec les politiques pratiquées depuis 35 ans, les "employables" ont tendance à quitter la France, les "non employables" à y rester et à y venir ! A quelque chose malheur est bon, nous avons ainsi des "forces françaises libres" dans le monde entier, et quelques "forces françaises de l'intérieur" qui peuvent résister et demain renverser la vapeur ... :-D

  • knbskin le jeudi 24 oct 2013 à 10:07

    Et ce qui est totalement nouveau, SuRaCtA, c'est qu'aujourd'hui le pays ne peut plus produire des richesses avec des "bras + une demi-journée de formation" ... Tous les non qualifiés sont donc de fait exclus de l'outil de production de richesses, condamnés à vivre aux crochets des autres. La question n'est pas de savoir qui est "de souche" (nous sommes tous des "étrangers") mais qui est employable ou pas ! .../...

  • SuRaCtA le jeudi 24 oct 2013 à 10:06

    J'ai 38 ans, je suis partit au Luxembourg en 2011 par opprtunité de carrière profesionelle, pour le context international du poste mais aussi pour obtenir une progression salariale couplé avec un moindre ponction fiscale ! Et mon seul regret est de ne pas être partie plus tôt, car même terme de qualité de vie j'y ai gagné, et je n'ai plus a prendre le RER A blindé...

  • SuRaCtA le jeudi 24 oct 2013 à 09:59

    De plus, les jeunes ne sont pas responsable du desordre actuel, ilsont même victime de l'égoisme de la génération de 68 et du manque de courrage et/ou de l'incompétence des décideurs politiques depuis 1981... Ils en sont pourtant les première victimes (chomages et précarité, difficulté a rentrer dans le monde du travail, ils n'ont connu que la crise (économique, social, politique, sociétalle) et le niveau de leur retraite reste très incertain...

  • SuRaCtA le jeudi 24 oct 2013 à 09:53

    rusti13 c'est quoi un Français de souche ??? Si l'on remonte dans nos arbres snous trouverons tous a un momment ou un autre un ancettre venu d'un autre pays... Et il y a toujours eux des Français qui partent ailleurs, ce qui est nouveau s'est l'ampleur des phénomène tant les perspectives sont sombre ici comparativement aux oportunités de carrière, sur le plan financier, sur le plan fiscal.

  • 2445joye le mercredi 23 oct 2013 à 22:00

    Les jeunes, souvent formés à nos frais, dans nos meilleures écoles, qui quittent leur pays pour tenter leur chance à l'étranger méritent notre admiration. Il faut bien plus de courage et d'ambition pour se colleter avec le Monde que pour apprendre le patois local et annoner "volem viure al païs". Un jour, si les conditions changent dans notre pays, ils pourront être le fer de lance de notre renouveau.