31% des Français pour que le FN dirige «au moins une région»

le
0
31% des Français pour que le FN dirige «au moins une région»
31% des Français pour que le FN dirige «au moins une région»

Le Front national ne cache pas attendre beaucoup des régionales de décembre, dont le mode de scrutin proportionnel lui est favorable. La présidente du parti, Marine Le Pen, se targue de pouvoir gagner quatre régions, quand son secrétaire général, Nicolas Bay, se donne comme objectif l'élection de 300 à 600 conseillers régionaux frontistes. Selon un sondage* BVA pour Orange et i-Télé dévoilé ce samedi, ils sont suivis par un tiers de Français.

31% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête souhaitent en effet que le parti lepéniste dirige «au moins une région» à l'issue des élections de décembre. A l'inverse, 68% y sont opposés. Seulement 5% des sympathisants de gauche souhaitent que le parti de Marine Le Pen prenne la tête d'un région, contre 57% des sympathisants de droite et 37% des sympathisants UMP.

Selon Erwan Lestrohan, directeur d'études de BVA Opinion, «cette part de près d'un tiers des Français soutient bien l'existence d'une tripolarisation de la vie politique française», même si elle «apparaît surtout réelle dans une configuration de premier tour».

Un parti «plutôt d'extrême droite» pour 74% des sondés

«Il faut être assez prudent», tempère effectivement Joël Gombin, politologue spécialiste de l'extrême droite, après la performance «en demi-teinte» du FN au second tour des élections départementales. «Au second tour, en cas de triangulaire, il risque de manquer au Front national le petit coup de boost pour l'emporter», estime le chercheur. «Si le Front national veut que le plafond de verre passe à 30%, il doit faire venir à lui des abstentionnistes et des électeurs de la droite conservatrice», complète Jean-Yves Camus, directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean Jaurès, au lendemain des départementales.

Autres enseignements du sondage BVA publié ce samedi, plus de la moitié des personnes interrogées (53%) estiment que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant