3 Suisses : les licenciements de quelque 60 ex-salariés annulés

le
1
3 Suisses : les licenciements de quelque 60 ex-salariés annulés
3 Suisses : les licenciements de quelque 60 ex-salariés annulés

Le conseil de prud'hommes de Roubaix (Nord) a annulé ce vendredi les licenciements de quelque 60 ex-salariés des espaces boutiques 3 Suisses et condamné le groupe à leur payer des dommages et intérêts, un jugement dont il fera appel.

Les prud'hommes ont prononcé la nullité du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de 3 Suisses France de décembre 2011, ainsi que la nullité des licenciements pour motif économique des anciens salariés, et condamné solidairement 3 Suisses France, 3 Suisses International et la société Commerce BtoC à verser des indemnités pour licenciements nuls, selon le jugement. «C'est la sanction la plus sévère que l'on pouvait avoir. C'était le jugement que nous demandions d'obtenir», s'est réjoui Me Fiodor Rilov, l'avocat des plaignants, essentiellement des femmes.

«Les difficultés de 3 Suisses France ne sont pas remises en cause. (...) Le conseil a estimé qu'on aurait pu gérer différemment le PSE et en conséquence on doit dédommager les salariés» pour insuffisance en matière de reclassement, a au contraire affirmé le porte-parole du groupe. Les prud'hommes ont condamné le groupe à verser des dommages et intérêts allant «de 12 800 à 155 000 ?», la moyenne se situant «entre 15 000 et 20 000 ?» et pour «quatre personnes autour ou plus de 100 000 ?», a-t-il détaillé.

Estimant que la maison-mère allemande de 3 Suisses France, le groupe allemand de vente en ligne Otto, était responsable des licenciements qui avaient suivi la fermeture des espaces boutiques en janvier 2012, Me Rilov avait demandé aux prud'hommes de le condamner, mais la maison-mère a été mise hors de cause par les prud'hommes.

«Ca nous permet de relever un petit peu la tête»

«On est soulagées parce qu'on reconnaît le préjudice qu'on a subi, c'était super important. Ca nous permet de relever un petit peu la tête, gagner nous permet de retrouver un peu notre dignité. Tout le monde est super content, m'appelle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4328752 le samedi 5 oct 2013 à 01:39

    C'est le frémissement de reprise ?