26e journée : Les enjeux de la dernière journée du Top 14

le
0

Plusieurs enjeux pour cette 26eme et dernière journée de Top 14. Le point sur les matchs pour la qualification en demi-finale et les barrages sans oublier les autres rencontres.

GRENOBLE – TOULOUSE : OBJECTIF BARRAGE À DOMICILE POUR LE STADE

Toulouse doit impérativement l’emporter s’il veut espérer recevoir lors des barrages. Les Toulousains (5emes) peuvent s’appuyer sur une forme étincelante en cette fin de saison avec cinq victoires de rang. Le week-end dernier face à Clermont, les Rouge et Noir ont su d’abord se montrer inspirés en première mi-temps puis solides en deuxième pour finalement l’emporter sans trop forcer (22-11). Tout le contraire côté Grenoblois. Le FCG (10eme) va mal avec cinq défaites d’affilée, si bien qu’on a l’impression que les joueurs isérois sont déjà en vacances. Et le week-end dernier, les hommes de Fabrice Landreau n’ont pu se ressaisir face à Pau (29-12). Si Toulouse s’annonce comme le favori de cette rencontre tant l’enjeu est de son côté, gare au réveil grenoblois qui voudra surement relever la tête pour le dernier match de la saison et finir sur une bonne note à domicile.
Les absents grenoblois de marque : Hunt (genou), Bosch (cuisse), Gelin (pied), Gengenbacher (commotion), Percival (commotion), Barcella (genou), Taumalolo (épaule), de Klerk (dos), Armand Batlle (épaule), Grice (suspendu)
Les absents toulousains de marque : Huget (genou), Albacete (genou), Mélé (poignet), Camara (genou)
Le joueur grenoblois à surveiller : Jonathan Wisniewski. L’ouvreur fera son retour après sa blessure au poignet. Son apport sera considérable pour permettre au FCG de se ressaisir.
Le joueur toulousain à surveiller : Louis Picamoles. Le numéro huit français a fait parler sa puissance face aux Clermontois. Il pourrait une nouvelle fois débloquer la situation.
La décla grenobloise : Jonathan Best, troisième ligne : « Le match aller avait été un calvaire. Maintenant, on est chez nous, il faut faire un peu respecter le droit du terrain. On veut leur gâcher un petit peu la fête.»
La décla toulousaine : Ugo Mola, entraîneur en chef : « La dernière journée va rebattre les cartes, on verra où on finira. Dans tous les cas, on se prépare à être une équipe difficile à manœuvrer ».

TOULON – BORDEAUX-BÈGLES : DE L’ENJEU DES DEUX CÔTÉS

Toulon n’a pas le droit à l’erreur. Troisième au classement, le RCT pourrait en cas de victoire bonifiée chiper la deuxième place directement qualificative pour les demi-finales. Mais attention, s’il venait à perdre, il pourrait finalement se déplacer pour les barrages. Les Varois doivent donc l’emporter et enchaîner après la rageante défaite à Montpellier (36-21). Côté Bordelais, même son de cloche. Si l’UBB veut se qualifier pour la première fois de son histoire en phases finales, elle est condamnée à l’exploit, aller l’emporter à Mayol. Au pied du Top 6, les hommes de Raphaël Ibanez ont gagné en confiance le week-end dernier en disposant de Brive (34-7). Mais les Girondins n’ont pas leur destin entre les mains et devront compter sur un résultat du Stade Français à Castres.
Les absents toulonnais de marque : Tillous-Borde (genou), Mitchell (pubalgie), Etrillard (cervicales), Smith (pied), Halfpenny (genou)
Les absents bordelais de marque : Domvo (genou), Saili (mollet), Ashley-Cooper (acromio), Kepu (Australie)
Le joueur toulonnais à surveiller : Xavier Chiocci. Le pilier gauche a probablement marqué le plus bel essai de sa carrière le week-end dernier. Va-t-il refaire des siennes ce dimanche ?
Le joueur bordelais à surveiller : Metuisela Talebula. En berne depuis le début de la saison, l’ailier fidjien a enfin réalisé un gros match samedi dernier. A confirmer...
La décla toulonnaise : Guilhem Guirado, talonneur et capitaine : «Il nous reste un gros match face à Bordeaux. Il faut assurer un 1/4 de finale à domicile, car, en cas de nouveau faux pas, on pourrait se déplacer en barrages. »
La décla bordelaise : Jean-Baptiste Poux, pilier : « A Toulon, on est toujours bien reçus. C’est une très grande équipe. On y va avec beaucoup de respect pour donner le meilleur de nous-même ».

BRIVE – PAU : UN MATCH POUR L’HONNEUR

Les deux équipes peuvent lâcher les chevaux car elles ne risquent plus rien et ne peuvent pas non plus espérer quelque chose au classement. Le match devrait donc être débridé à l’image des rencontres de fin de saison sans enjeu. Pau voudra finir sur une bonne note après sa victoire face à Grenoble (29-12). Mais ce serait un exploit quand on connaît la régularité des Brivistes dans leur Stade Amédée-Domenech. Côté corrézien, le CAB ne peut pas dire qu’il est en forme. Le week-end dernier, les hommes de Nicolas Godignon ont été dépassés face à l’UBB (34-7). Si ce match devrait être bon enfant tant le manque d’enjeu est criant, les deux équipes devraient proposer du spectacle.
Les absents brivistes de marque : Radikedike (genou), Lavergne (clavicule), Marais (coude), Sanconnie (coude), Namy (épaule), Iribaren (plancher orbital)
Les absents palois de marque : King (genou), Moïse (cuisse), Natsarashvili (cervicales), Murray (Commotion), Bobo (cheville), Fernandez (pied), Vatubua (genou), Daubagna (cuisse), Domolailai (genou)
Le joueur briviste à surveiller : Gaëtan Germain. D’une imprécision inhabituelle le week-end dernier, l’arrière voudra se racheter avant la liste du XV de France pour la Tournée d’été.
Le joueur palois à surveiller : Brandon Fajardo. Intérimaire de Colin Slade absent, le jeune ouvreur aura la conduite du jeu sur ses épaules.
La décla briviste : Arnaud Mela, deuxième ligne et capitaine : « Le visage du Top 14 va changer. C'est particulier. Les Palois aussi vont avoir des joueurs qui s'arrêtent. Ce sera quelque chose d'assez émouvant ».
La décla paloise : Joël Rey, entraîneur des avants : « Pendant des générations, on a eu des Bernat-Salles, Traille, Bouilhou, Brusque, Harinordoquy, on avait aussi des Méla de Lannemezan, merde quoi ! La région, c’est pas possible qu’elle ait disparu comme ça ».

CLERMONT – LA ROCHELLE : ACCUMULER DE LA CONFIANCE POUR L’ASM

D’ores et déjà qualifié directement pour les demi-finales, Clermont va disposer d’une dernière répétition avant les phases finales qui commencera, pour le club auvergnat, dans deux semaines. Il serait mal venu pour l’ASM d’enchaîner avec une deuxième défaite consécutive après celle à Toulouse (22-11). Les Clermontois doivent donc s’imposer pour engranger de la confiance et pour garder leur place de leader. En face d’eux, ils auront la douzième équipe du Top 14 qui a toujours du mal à aller chercher des points hors de ses terres. Et le week-end dernier, les Rochelais ont même subi leur deuxième défaite à domicile face au Racing 92 (30-14), eux qui étaient pourtant si performants dans leur Stade Marcel-Deflandre.
Les absents clermontois de marque : Zirakashvili (cervicales), Planté (dos), Raka (épaule), Kayser (biceps)
Les absents rochelais de marque : Pelo (épaule), Atonio (mollet), Gau (cheville), Gourdon (mollet) ; Qovu (main), Januarie (main), Aguillon (genou), Alofa Alofa (épaule), Botia (genou),  Eaton (cheville)
Le joueur clermontois à surveiller : Camille Gérondeau. Le numéro huit réalise une grosse saison pour sa première année sous le maillot clermontois. Attention à lui...
Le joueur rochelais à surveiller : Julien Audy. Le n°9 jouera son dernier match sous le maillot rochelais. Il aura à cœur de faire une bonne performance en guise d’adieux.
La décla clermontoise : Franck Azéma, entraîneur en chef : « Pas question de galvauder cette dernière journée. Nous devons nous servir de cette rencontre face à La Rochelle pour renforcer encore nos certitudes et travailler nos automatismes ».
La décla rochelaise : Romain Sazy, deuxième ligne : « On se sert de l’envie des jeunes qui ont intégré le groupe cette semaine. Nous avons fait une très bonne préparation pour affronter une énorme équipe. »

AGEN – OYONNAX : EN QUÊTE DE RACHAT

Les deux équipes qui descendent en Pro D2 à l’issue de la saison s’affrontent ce dimanche. Il est donc vrai que ce match n’est pas le plus intéressant qu’il peut y avoir pour cette dernière journée. Pourtant, les deux équipes seront en quête de rachat et seront donc motivées pour finir sur une bonne note cette saison ratée. Que ce soit Agen ou Oyonnax, ils ont montré qu’ils étaient encore en Top 14 et qu’ils allaient essayer de tenir la dragée haute aux autres équipes. Le SUA a failli aller chercher un beau succès à Paris mais a finalement cédé dans les derniers instants face au Stade Français (28-26). Même impression du côté de l’Ain, l’USO n’était pas loin de s’offrir une victoire de prestige mais a encaissé un essai salvateur dans les derniers instants (25-20) face à Castres. Le perdant de ce match terminera dernier du Top 14.
Les absents agenais de marque : Giraud (dos), Roux (ischio-jambiers), Du Preez (genou), Paris (genou), Balès (cheville), Mazars (cervicales)
Les absents oyonnaxiens de marque : Martin (adducteurs), Vainikolo (genou), De Marco (épaule), Hansell-Pune (cuisse), Denos (cheville)Fa’asavalu (genou), Cibray (doigt), Guillamon (épaule), Ursache (épaule), Pungea (adducteurs)
Le joueur agenais à surveiller : Antoine Miquel. Le troisième ligne a rendu une très belle copie face au Stade Français avec un essai. A confirmer pour le jeune agenais.
Le joueur oyonnaxien à surveiller : Julien Blanc. Le numéro neuf a su dicter le jeu de son équipe face à Castres. Il devra continuer sur sa lancée pour l’emporter en terres agenaises.
La décla agenaise : Mathieu Blin, manager sportif : « La fin de saison est longue, mais on est aussi payés pour jouer et il faut se dire qu’il y a des conditions existentielles beaucoup plus compliquées ».
La décla oyonnaxienne : Johann Authier, entraîneur : « L’enjeu est d’essayer de faire mieux que nos deux derniers matchs. Cela voudra dire gagner, tout simplement. Les Agenais nous attendent de pied ferme ».

RACING 92 – MONTPELLIER : ÇA VA FAIRE MAL !

C’est le choc de cette vingt-sixième et dernière journée du Top 14. Le Racing 92 et Montpellier officient comme deux épouvantails du championnat avec notamment deux belles performances européennes : une finale de Champions Cup pour les Franciliens et un titre en Challenge Cup pour les Montpelliérains. Dimanche, les deux équipes vont vouloir se jauger car il n’est pas exclu que les deux clubs se retrouvent en finale par exemple. Que ce soit les Ciel et Blanc ou les Cistes, ils sont en pleine forme. Ce vendredi, le Racing 92 est allé infliger la deuxième défaite à domicile de La Rochelle (30-14) tandis que les Héraultais sont parvenus à s’imposer face à Toulon dans un match physique (36-21). Encore une fois, le défi de puissance devrait une nouvelle fois être au centre de toutes les attentions.
Les absents franciliens de marque : Dumoulin (cheville), Carter (mollet), Masoe (épaule), Audrin (genou)
Les absents montpelliérains de marque : Fall (cuisse), Battut (main)
Le joueur francilien à surveiller : Juan Imhoff. L’ailier argentin a su face à La Rochelle tirer les ficelles d’un match engagé pour signer un doublé. Il est constamment dangereux pour une défense.
Le joueur montpelliérain à surveiller : Timoci Nagusa. L’ailier fidjien n’a pas besoin de beaucoup d’occasions pour faire grimper son compteur essai. Le meilleur marqueur du Top 14 pourrait bien de nouveau frapper.
La décla francilienne : Brice Dulin, arrière : « C’est un beau défi de recevoir une équipe comme celle-là avant de jouer les phases finales. Nous pouvions même dire qu’elles ont déjà commencé puisque sur cette dernière journée, il y a beaucoup d’enjeu pour énormément d’équipes. »
La décla montpelliéraine : Benoît Paillaugue, demi de mêlée : « Nous jouons contre le Racing 92, ça va taper fort. Le premier objectif de recevoir le quart est atteint, la cerise sur le gâteau sera de se qualifier directement pour les demi-finales ».

CASTRES – STADE FRANÇAIS : FINIR LE TRAVAIL POUR LE CO

Castres est en pole position pour être le dernier club à se qualifier pour les phases finales aux dépens de Bordeaux-Bègles. Avec un point-average particulier favorable, les Castrais grilleraient probablement la politesse à son concurrent avec une victoire face au Stade Français. Une équipe pour qui il est temps que la saison se termine. Les Parisiens ont failli s’incliner le week-end dernier face au relégué Agen (28-26). De leur côté, Castres est allé s’imposer à Oyonnax en fin de match (25-20). Si la réussite reste de leur côté ce dimanche, les Tarnais devraient bien être de la partie des phases finales.
Les absents castrais de marque : Martial (adducteurs)
Les absents parisiens de marque : Genia (genou), Van der Merwe (genou), Alberts (cuisse), Flanquart (cheville), Felsina (mollet), Burban (mollet), Nicolas (épaule)
Le joueur castrais à surveiller : Rory Kockott. Avec 20 points, le numéro neuf sud-africain est l’un des grands artisans de la victoire des siens à Oyonnax.
Le joueur parisien à surveiller : Djibril Camara. L’arrière international a réalisé une grosse partie avec deux essais à la clé face à Agen. Sa vitesse est un atout pour les Parisiens.
La décla castraise : Rodrigo Capo Ortega, deuxième ligne et capitaine : « Il nous reste encore une finale face au Stade Français. J’espère que nous allons gagner pour atteindre notre objectif qui est d’être dans les six premiers ».
La décla parisienne : Djibril Camara, arrière : « Quand on porte ce maillot sur le dos, on se doit de se donner à 200%. On ne peut pas se permettre d’aller faire un match et ne faire que la moitié du travail. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant