252.000 élèves décrochent chaque année du système

le
0
Une plate-forme informatique recense et accompagne les jeunes menacés de déscolarisation, souvent d'origine modeste mais pas uniquement.

» Read this story in English

Thomas, 21 ans, détonne avec l'image de l'élève décrocheur d'origine modeste, plus habituelle parmi les 252.000 jeunes sortis des établissements scolaires sans diplôme depuis un an. Ce jeune Parisien est issu d'un milieu plutôt favorisé, avec une mère chargée de communication dans une entreprise de spiritueux. Son père est ingénieur chez Renault.

Si son frère aîné «a toujours bien marché » sur un plan scolaire, Thomas, lui, « est en échec alors qu'il n'est pas idiot», déplore sa mère. Après deux redoublements, une orientation en BEP en fin de troisième, puis un retour dans la voie technologique, le jeune homme, qui a échoué au bac l'an dernier, vit chez ses parents, très angoissés par son incapacité à se projeter dans l'avenir. Sa mère affirme avoir «tout essayé».

«Un redoublement, c'est humiliant»

L'école privée à l'ancienne et l'internat n'ont rien donné, pas plus que le hors-contrat onéreux, les punitions ou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant